Société : Les travailleurs de Rio Tinto réclament le payement de leur prime de départ

Une centaine des employés de Rio Tinto ont manifesté lundi à Conakry. Objectif, exprimer  leur colère et exigé de la Société leur réglement. Ces travailleurs qui accusent les responsables de ce géant minier d’injustice et du non respect du règlement pour leur départ de la Société, sont désormais contraints de se relancer à la quête de l’emploi. Cette situation est plus qu’un cauchemar pour Mory Condé et ses collègues.

« Nous sommes un effectif de 884 travailleurs. Aujourd’hui il y a 75 personnes qui restent. Donc nous qui avons 16 ans de travail, on nous a tous enlevé pour envoyer leurs parent. Nous ne voulons pas le Directeur générale des opérations, M. Boubacar Doumbouya. Autant qu’il va rester ici, autant on va manifester ici  même au prix de notre vie, parce que tout le monde a été licencié, son petit frère de lait a été reconduit jusqu’en juin 2017», regrettent le porte parole des protestataires. »

La descente aux enfers n’est pas loin prédit le porte-parole des travailleurs. Selon Mory Condé, la Société avait encouragé les employés à faire des prêts bancaires, mais les montants proposés comme règlement est en dessous des dettes contractées.

« Sur les 884 travailleurs de Rio Tinto, plus de 850 personnes sont endettées. Quand on paye l’argent les travailleurs qui ont fait 10 ans là et que la banque prélève les prêts que les travailleurs ont contractés, vous allez voir les travailleurs de Rio Tinto dans un mois en train de quémander dans la ville de Conakry. » explique-t-il.

Présent sur les lieux, le Directeur général Adjoint de la police, le Colonel Sékou Mara, salue la démarche des entreprises par ces mécontents et leur propose une voie à suivre : « Ce que je vais vous demander, nous sommes dans un pays où on obéit aux principes et au respect de la loi, l’inspecteur général du travail, Monsieur le ministre des mines, le syndicat, les trois vont recevoir, ils vont apporter des solutions ».

Après ce départ annoncé du géant minier, la descente aux enfers est inévitable pour les travailleurs de Rio Tinto.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.