Soglo et Jonathan s’en vont: que peut-on s’attendre ? 


Soglo  et Jonathan sont en fin de mission en Guinée. Ils ont consulté, écouté et recommandé. Aujourd’hui, que peut-on s’attendre ?

« On a bien expliqué et ils semblent être au courant. Ce sont des Africains patriotes visiblement qui souhaitent contribuer à l’encrage de la démocratie et de l’État de droit. C’est à eux de voir, on ne peut pas anticiper. Ils sont venus dans le cadre d’une série de consultations. On leur a donné toutes les informations dont on dispose. Je suis convaincu qu’ils vont rencontrer les autorités. Après ça ils décideront de ce qu’il y a lieu de faire. Des oreilles très attentives, je ne pense pas seulement qu’ils sont là en leur nom. Ils sont là au nom d’une  bonne partie de la communauté internationale », c’est notamment réjouie Dalein Diallo.

C’est dire que les informations glanées çà et là pourraient servir à désamorcer la crise guinéenne. Du moins, si l’on en croit aux émissaires et au chef de file de l’opposition guinéenne.

En tout cas, côté Soglo, on est clair : « Nous sommes venus donc voir dans quel état se trouvent les wagons de la Guinée. Nous sommes venus pour que la paix règne en Guinée et que tout soit clair et net. Nous avons écouté pratiquement tout le monde. Ce que nous voulons, c’est que ce pays continue d’aller de l’avant avec tout le monde et que grâce aux immenses richesses de la Guinée, qui est un scandale géologique et le château d’eau de l’Afrique occidentales, la CEDEAO soit la locomotive de l’Afrique au sud du Sahara », conclut l’ancien chef de l’Etat béninois.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.