SOTRAGUI : la mort voulue !

Le gouvernement attend le dernier soupir de la Sotragui pour fermer porte et fenêtre à cette structure dont la mort est manifestement voulue par le gouvernement. Le sauvetage n’aura pas lieu. Pour preuve : Oyé Guilavogui et Cie lorgnent du côté du Maroc pour trouver un héritier, un digne héritier des vestiges de la Sotragui.

Sur 100 bus en circulation, moins d’une dizaine fonctionnent clopin-clopant sous le fait de la mauvaise gestion de la Sotragui. Ce requiem ne date pas d’aujourd’hui. Au moins deux ministres sont impliqués dans la déchéance de cette structure de transport en commun. Le nom d’Aliou Diallo, actuel Inspecteur d’Etat est cité. Celui-ci a apporté  un soutien au Directeur Général de cette société budgétivore dont le Conseil d’administration ne veut plus en entendre parler, à cause des malversations constatées, Aliou Diallo est manifestement sûr de la protection que lui apporte Alpha Condé.  En son temps, sur 100 bus seule une trentaine restait fonctionnelle. Le reste était sous cale et continuait à être dépecé.

Ce ministre – ne parlons surtout pas du ministre menteur Oyé – devenu Inspecteur d’Etat, poste qu’il occupait auparavant est cité aussi dans une bouillabaisse administrative au Port autonome de Conakry, dans l’affaire du fonds d’entretien routier et de la Guinomar. Si donc la Sotragui est haletante aujourd’hui c’est sous le fait des hommes et femmes supposés être proches d’Alpha Condé.

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.