Soumah à propos du nouveau gouvernement : «Il faut juger l’homme à l’œuvre »

Le Secrétaire général du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheur de Guinée (SLECG) s’est exprimé sur la formation du nouveau gouvernement.

Interrogé par nos confrères de presseguinee.com , Aboubacar Soumah a tout simplement indiqué qu’il est très tôt d’apporter un jugement

« Je ne peux pas faire une appréciation hâtive puisque il faut juger l’homme à l’œuvre. Comme il n’a pas commencé à travailler et a appliquer les décisions du gouvernement par-rapport à telle ou telle situation difficile ce n’est pas à moi de faire un jugement. Concernant le premier ministre que j’ai connu, il a la carrure, l’expérience et la maturité, s’il a la main libre il pourra assurer de façon responsable toutes les tâches qui lui sont assignées », estime le Secrétaire général du SLECG à l’origine de la grève des enseignants.

A la question de savoir si le gouvernement est à mesure de satisfaire les revendications syndicalites à hauteur de 8 millions, la réponse de Soumah est sans équivoque « C’est une mauvaise fois du gouvernement quand il dit qu’il n’a pas les moyens nécessaires pour payer l’ensemble des travailleurs guinéens 8.000.000fg .Aujourd’hui tous les indicateurs macro-économiques montrent que les travailleurs guinéens peuvent être payé plus de 10.000.000fg par mois.  Les hauts responsables des régies financières, les dignitaires de ce pays lorsque vous demandez une augmentation de salaire ils cherchent à bloquer. C’est parce que l’augmentation entraîne la fermeture des robinets par lesquels eux ils s’abreuvent. C’est pourquoi ceux qui sont autour du président ne veulent pas entendre cette revendication. Il y a des lignes budgétaires qui ne sont ouvertes qu’à un groupuscule qui profite. Nous les connaissons le moment venu nous allons déballer et vous comprendrez que ce pays est riche », prévient-il.

L’autre question qui ne laisse pas indifférent le Secrétaire général du SLECG, c’est bien le Congrès du SLECG version Sy Savané. A ce propos, Soumah reste catérique « Les congressistes ont été mis en route par les responsables administratifs de l’éducation les DPE sous prétexte qu’ils viennent pour un séminaire et non un congrès. C’est à leurs arrivées qu’ils ont compris que c’est pas le cas. Après ils ont reçu chacun 15 000.000fg certains de nos camarades ont refusé », révèle-il.

A noter que la suspension de la grève était due à l’implication du grand imam de Conakry, El hadj Mamdou Saliou Camara et du Conseiller personne du Chef de l’Etat, Tibou Kamara.

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.