Startup : Avec « Grainothèque », rien ne perd, tout se transforme


En Côte d’Ivoire, Daniel Oulai est à la tête de « Grainothèque », une startup agricole qui repose sur l’économie circulaire afin de répondre à deux objectifs : la lutte contre l’utilisation des engrais chimiques et la réduction des pertes post-récolte.

Tunis (dpa) – « Nous vivons dans un continent où on nous a appris à attendre que l’Etat fasse des choses pour améliorer notre quotidien. Or, l’entrepreneuriat nous donne la possibilité de changer ce quotidien et même d’écrire notre propre histoire », déclare Daniel Oulai, 30 ans, fondateur de « Grainothèque », une startup de soutien à l’agriculture paysanne.

Créée en 2017, à Man, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, Grainothèque est une entreprise fondée sur l’approche de l’économie circulaire. Elle propose de collecter les invendus de céréales afin d’en faire des aliments de bétail destinés aux éleveurs. L’entreprise transforme, par la suite, les déjections animales en biofertilisants et les redistribue aux agriculteurs pour nourrir et agrader les sols. L’objectif étant de réduire l’utilisation des engrais chimiques.

« Nous œuvrons à fournir des aliments de qualité, de la fourche à la fourchette, à des prix qui répondent aux attentes du paysan et à apporter une réponse au problème de gaspillage agricole », explique l’agripreneur dans un entretien accordé à la dpa. « En Côte d’Ivoire, le petit paysan perd 40 à 60 pour cent de sa production annuelle. Ces pertes sont énormes pour des pays qui souffrent de déficit alimentaire et sont à l’origine de la précarité des petits agriculteurs paysans », ajoute ce diplômé en marketing et management d’entreprise agricole.

Aujourd’hui, Daniel est porteur du programme ambitieux « 1000 agripreneurs » qui vise à autonomiser des milliers de jeunes ruraux dans le secteur agricole et à les aider à rester chez eux, afin de devenir des acteurs de changement. « Nous avons tendance à attendre que tout soit réuni pour rester sur le continent. Cette mentalité doit changer, c’est à nous de conduire le changement », plaide-t-il.

Lauréat de plusieurs prix nationaux et internationaux, dont le plus récent est le prix Pierre Castel qui récompense les projets agricoles à fort impact, Daniel est également à l’initiative d’un FabLab agricole dénommé « AgriLab », un espace d’intelligence collective consacré à l’innovation agricole et sociale. Cette initiative a pour ambition de réinventer l’agriculture paysanne grâce aux nouvelles technologies, former les jeunes aux outils numériques pour développer leurs compétences, améliorer leur employabilité et éveiller en eux une vocation pour les métiers digitaux dans les chaînes de valeurs agricoles.

Source: dpa-news.de

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.