Suivi des accords sino-guinéens : mince consolation pour Kalil Kaba

 

Ibrahima Kalil Kaba, le directeur de cabinet de la Présidence de la République est désormais le patron du comité de suivi accords sino-guinéen que pilotait jusque-là son homonyme (Ibrahima Kassory Fofana) devenu Premier ministre. Une mince consolation pour le ministre directeur de Cabinet de la Présidence de la République, lequel d’ailleurs a eu maille à partir avec l’ex le ministre d’Etat chargé des investissements et des partenariats publics-privés Kassory Fofana.

Une querelle de leadership car, certains prêtent à Kassory des intentions de supplanter Alpha Condé après 2020, dans une nuée de militants extrémistes du RPG. D’autres voient Kalil Kaba, l’ami du fiston du président comme l’autre dauphin d’Alpha Condé. L’un ou l’autre cas, c’est source d’inimitiés soit voulues, soit imposées. De toutes les façons, ces deux cadres proches d’Alpha Condé pourraient bien être aussi des agneaux de sacrifice. Tant et si bien qu’au RPG, les militants de la dernière heure ne sont pas les bienvenus. Kassory Fofana semble l’avoir compris. C’est pourquoi, il met balle à terre pour adoucir les mœurs et s’attirer l’amitié de son homo. « C’est un jeune bien, intelligent et compétent.  C’est des rumeurs, sinon je n’ai aucun problème avec lui. D’ailleurs j’ai été petit fonctionnaire de son père, et j’ai fait le gouvernement avec sa mère. S’il y a des problèmes entre nous, on le règle en famille. »

Ibrahima Kalil Kaba et Alpha Condé c’est désormais une confiance consolidée. Malgré la présence trop remarquée et sans doute gênante de Mohamed Diané, chargé par ailleurs des Affaires présidentielles. A côté de la maigre consolation d’Ibrahima Kalil Kaba il lui avait été confié avec Oyé Guilavogui, depuis le 18 octobre de mettre en route un mécanisme de visite technique auto. A ce jour, rien n’est visible sur le terrain.

Alors ministre des Transports Oyé Guilavogui avait rappelé : « Avec l’appui du chef de l’état et à la faveur des états généraux de la sécurité routière, nous avons finalement obtenu un décret du chef de l’état libéralisant cette activité, pour casser le monopole. Le décret a paru il y a quelques jours et nous sommes en train de monter le cahier des charges. Les agréments pour des entreprises postulantes sont déjà libérés pour l’exercice de cette activité. » Président du comité de suivi des accords sino-guinéens ? On veut bien en savoir un peu plus.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.