Suppression des notes des cours au Baccalauréat: Des candidats réagissent

Au lendemain de la décision du ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation, Ibrahima Kalil Konaté, qui au cours d’une conférence de presse, annonce la suppression des notes des cours au Baccalauréat unique, à compte de la session 2017, notre rédaction est allée à la rencontre des certains candidats, pour en savoir plus comment la nouvelle a été accueillie et recueillir leurs sentiments.

Face à la décision ministérielle tombée à un mois des examens nationaux, les avis restent partagés. Les uns apprécient la décision, les autres estiment qu’il n’en fallait pas.

Voici leurs réactions…

« Je suis pour, je suis contre ! D’une manière générale, on estime qu’ils ont fait ça pour notre formation, pour  nous encourager à étudier. Peut être le ministre a dit ça pour  que les élèves aient le souci d’apprendre leurs leçons. », estime pour sa part Fatimatou Diallo,  Terminale Science Mathématiques lycée 02 octobre, rencontrée mardi dans l’enceinte de l’établissement et qui dit être prête à affronter les sujets du Baccalauréat.

De son côté, Moise Abraham Soumah, Terminale Sciences Mathématiques lycée 02 octobre aborde dans le même sens :

« On vient à peine d’être informé de cette nouvelle de Monsieur le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation, qui nous a beaucoup surpris. Nous pensons que c’est juste pour savoir le niveau des élèves guinéens, mais nous sommes quand même ravis parce que non seulement ça va nous permettre de travailler plus et de supprimer la corruption dans le système éducatif guinéen. Quand vous prenez l’exemple sur les écoles privées par rapport aux écoles publiques, les notes ne sont pas les mêmes pendant les examens. Moi je remercie le gouvernement  guinéen, surtout le ministre qui vient de prendre cette décision, nous allons nous concentrer , que Dieu nous donne la chance d’avoir le Bac ».

Pour Mangué Blaise Touré Terminale Sciences Sociales 2  au Lycée 02 Octobre, la décision est tardive, il fallait tout simplement trouver un autre mode d’évaluation que de supprimer les notes des cours:

« En ce qui concerne la décision du ministre, je ne suis pas du tout satisfait. Parce que, partir au Bac sans les notes de cours, ça serait un désespoir. La décision est venue tardivement, c’est pourquoi depuis qu’on nous annoncé la nouvelle, il y a eu des murmures ici en classe, il a failli même avoir un mouvement ce matin ici. Mais en tant qu’élève, on est obligé de respecter la décision du ministre. ».

« C’est une satisfaction. Mois je peux dire que ce qu’il a fait c’est une bonne chose pour les bons candidats et pour l’éducation. Il est venu avec ses ambitions », s’est réjoui de son côté, Ibrahim Barry, Terminale Sciences sociales au Lycée 02 octobre, qui reste tout de même convaincu que c’est seulement  le bon travail qui paie.

Propos recueillis par Abdoul Wahab Barry, Kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.