Sydia le pied dans le plat : « Laissez Dadis rentrer » !

Le président de l’UFR a évoqué mardi, dans une forte émotion les affres du 28 septembre 2009. Une occasion pour lui de lâcher: « Laissez Dadis rentrer pour défendre son honneur ». Cet appel est adressé certainement à Alpha Condé, c’est sous-entendu.

Ce pied dans le plat intervient après quelques semaines du passage de Sékouba Konaté évoquant lui Dadis avec ses 9 mille hommes. « Tout le monde sait que ce sont les hommes de Dadis Camara », enfonce-t-il. Avant de reconnaître que son ami ne ment pas. Autant dire « la vérité aux Guinéens. » Et de se défendre : « J’ai fait 17 ans de guerre en Sierra leone, au Liberia et en Guinée, je n’ai pas peur de dire la vérité. » Déjà, certains leaders politiques comme Bah Oury prennent fait et cause pour Toumba. Bah Oury, en protecteur de Toumba ne veut pas du tout « qu’on présente Monsieur Diakité comme étant un bouc émissaire qui porte à lui seul toute la charge de la journée tragique du 28 septembre. »

Il est favorable pour la démarche selon laquelle les rôles de chacun des inculpés soient étudiés. Pour lui, « La Guinée doit assumer son histoire. Nous devons dans des conditions difficiles apprendre à améliorer nos méthodes à changer, à aller de l’avant. Je suis jaloux du Sénégal qui a pu organiser la chambre africaine qui a jugé Hussein Habré. Je veux que la justice de mon pays ait aussi la possibilité de montrer que dans ses rangs, il y a des hommes et des femmes de compétence, d’une grande intégrité et qui feront conformément le travail à l’intérêt du pays et dans l’intérêt de l’ensemble de l’humanité. »

Comme Bah Oury, Sydia Touré estime que le jugement peut se faire en Guinée, car au TPI, ça peut prendre jusqu’à dix ans. Et mieux, « Il y a beaucoup de choses qu’on ne connait pas sur les massacres ». Aliou Barry de l’OGDH n’est pas du même avis : la Justice guinéenne n’est pas qualifiée pour juger les crimes du stade du 28 septembre, citant au passage un manque de magistrats qualifiés et des infrastructures adéquates.

De son côté, le Garde des Sceaux annonce l’ouverture du procès pour la fin de l’année 2017. D’ici-là, beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts. Sydia Touré sera-t-il entendu afin que Dadis rentre et se défende ou cet appel tombe dans des oreilles de sourds ? Il échange beaucoup avec Alpha Condé, il pourrait certainement lui en parler…

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.