Sydia Touré sur son titre ‘’Haut représentant’’ : « Pas grand-chose »

« Haut représentant du Chef de l’Etat ne veut pas dire grand-chose. » C’est bien, Sydia Touré qui s’exprime, lundi matin dans une émission radio de grande écoute, à Conakry et environs.

En livrant ainsi le substrat de la fonction qu’il occupe – ce fut le premier décret d’Alpha Condé, le samedi 02 janvier 2016, au lendemain même de sa réélection –, Sydia Touré exprime une certaine lassitude, liée notamment à la nature de son rapprochement avec le pouvoir. Inexistant jusque-là, le poste de Haut représentant du chef de l’Etat a longtemps alimenté la chronique. Chacun se demandait fort bien à quoi sert ce poste. Sans donner de gros détails, l’opinion est allée dans tous les sens.

Certains voyaient l’ancien Premier ministre réputé compétent et occupant la troisième position politique de la Guinée ces cinq dernières années donner de grandes orientations politiques à Alpha Condé dans l’optique d’une réconciliation nationale. D’autres, connaissant la personnalité de chacun des deux nouveaux partenaires ont vite présumé une cohabitation difficile. Sydia Touré n’est pas l’homme qui se plie à toutes les injonctions, surtout quand elles viennent d’un leader politique presque de sa trempe. On s’attendait au miracle. Mais, celui-ci a tardé à venir. Sidya Toure, un administrateur qui a fait ses preuves dans la gestion de la chose publique semble mal porter sa tunique. C’est pourquoi lui-même dit que sa fonction ne veut pas dire grand-chose. Il est lassé de cette coquille vide.

En mai 2017, devant ses militants, voici ce que disait Sydia Touré : « La situation de notre pays est très difficile aujourd’hui. Imaginez que notre parti se rende de l’autre côté de l’opposition pour recommencer de nouvelles manifestations de rue, ça pouvait déstabiliser le pays. C’est ainsi qu’une proposition de me nommer Haut représentant du chef de l’Etat a été faite. Mais j’ai insisté pour que ça soit sans salaire. Nous l’avons fait en tant qu’hommes politiques. C’est notre contribution pour faire avancer le pays. »

Travaillez sans salaire ? Bien des adversaires et autres petits malins – insinuant quelque 8 000 000 000 GNF par an comme budget de fonctionnement perçu des mains du président de la République et environ 666 millions GNF mensuels – n’en croient pas. Mais Sydia, lui ne se fait aucun souci. Et c’est tant mieux.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.