LE SYLI et SES SUPPORTERS: Des retrouvailles gâchées

De part et d’autre, on espérait de la rencontre d’hier, des retrouvailles en apothéose. Du côté du public tout d’abord, on avait soif de revoir des joueurs qui, bien avant la notification de l’épidémie à virus Ebola, en mars 2014, n’avaient pas évolué en terrain guinéen. Amateurs de la chose footballistique, les supporters guinéens, convaincus de la victoire de leur équipe, se sont en conséquence deplacés en masse. Du côté de l’équipe aussi, on devait manquer du soutien indispensable de son public et de la chaleur humaine qui va avec.
Malheureusement pour les deux parties, les choses ne se sont pas produites comme espérées. En lieu et place de la fête, de la joie et de l’enthousiasme, on a l’impression que le fossé s’est davantage creusé contre le Syli national et son public. Devenu très exigents et plutôt lucides, les supporters guinéens qui devaient également avoir une dent à la fois contre la Fédé et l’entraineur, Luis Fernandez, ne semble plus disposer à ce contenter du peu. Surtout si, à leurs yeux, les adversaires sont largement à la portée de leur équipe. Ainsi hier, quand à la première période, ils ont vu le Syli évoluer, ils ne l’ont pas supporté. Ils les ont sifflé et ont exigé des résultats de l’entraineur, obligeant ce dernier à revoir son schéma au compte de la seconde mi-temps.
Ce qui s’est bien ressenti durant la deuxième explication. Mais pour les Guinéens, ce n’est pas suffisant. Contre une équipe de la taille de celle du Malawi, qui plus est à domicile, il n’est pas acceptable que la Guinée ne fasse pas mieux que de « bien se défendre ». Il faut non seulement bien jouer, mais aussi gagner. Malheureusement, comme l’ASK, l’équipe féminine de football et le Horoya, le Syli n’était pas réaliste. Et pour leur part, à la sortie de la rencontre, les supporters ne se sont point privés de faire part de leur déception. Illustrant ainsi le paradoxe de ce qui aurait pu être une liesse populaire, mais qui a failli virer au cauchemar.
Anna Diakité, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.