Les symptômes de l’épilepsie expliqués par un médecin généraliste

Ces dernières années, la Guinée a été frappée par de nombreuses maladies. Paludisme, choléra, poliomyélite… mais surtout Ebola ont ravagé le pays, dont l’inefficacité du système sanitaire est connue de tous. À côté des maladies citées ci-haut, d’autres moins connues du grand public sévissent au sein de la population.

C’est le cas de l’épilepsie, une maladie qui attaque le système nerveux central causant des convulsions et pertes de connaissance. Selon un médecin, elle se caractérise par une décharge rapide et culminante des neurones au niveau d’un point bien déterminé du cerveau qui fait que le malade, qu’il soit enfant ou adulte, pique des crises de convulsions avec des pertes de connaissance.

Dr. Ben Yousouf Keïta affirme que cette maladie est catégorisée en deux parties : l’épilepsie petit mâle et l’épilepsie grand mâle. Le premier se caractérise par des pertes de connaissance avec convulsions mais sans que le malade ne morde sa langue ou ne bave. Tandis que le second, le grand mâle, se manifeste par des grandes convulsions avec morsure de la langue, et le patient peut baver dans l’inconscience entre une et dix minutes.

Parlant des causes, le médecin généraliste indique qu’elles sont dues au dysfonctionnement du système nerveux central. «La zone provoque des décharges neutroniques très accélérées. C’est comme si votre véhicule, vous le mettez au ralenti et subitement vous l’accélérez», a-t-il donné comme exemple.

«Dans la tête, les neurones qui ont l’habitude par exemple d’envoyer dix influx à la seconde envoie plus de cent voire mille influx. Cela provoque un dérangement, une perte de connaissance du malade avec des convulsions saccadées qui prennent les membres supérieurs et inférieurs», et il se met à mordre sa langue, a ajouté Dr. Keïta.

La personne atteinte de cette maladie peut perdre connaissance et tomber n’importe où et n’importe quand. C’est une crise grave qui mérite un suivi par un spécialiste, car les symptômes peuvent surgir spontanément. Il faut toutefois rappeler que cette maladie est statistiquement faible en Guinée, à en croire le médecin.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.