Tabaski ou la Célébration de la Dévotion d’Abraham

Les fidèles musulmans guinéens, à l’instar de leur coreligionnaire du monde célèbrent ce 11 Août 2019, la fête de Tabaski ou la fête des moutons, qui marque la fin du Hadj, Aux Lieux Saints de l’Islam (Mecque et Médine).

La communauté musulmane, à l’image de bien d’autres est régie par un ensemble de dogmes et de lois (les recommandations et les interdits) qui constituent comme sorte de constitution pour les musulmans. Certaines des lois et pratiques musulmanes s’appliquent lors d’événements extraordinaires qui marquent le quotidien des croyants, et parmi ceux-ci la célébration de la fête de Tabaski.

Qu’est-ce qui est à l’origine de la célébration de la Fête de Tabaski ?

Le Prophète Abraham, connu également sous le nom d’Ibrahima (dans le Saint Coran), est l’un des personnages qui se sont le plus distingués sur le chemin de l’édification des principes de l’Islam, de par ses sacrifices et sa soumission totale et exemplaire envers Allah. D’après le Coran, il serait le père des Sémites de par la descendance d’Isaac (ancêtre des Juifs) et d’Israël (le Père des Arabes). Par ailleurs, Ibrahima serait aussi un ancêtre direct du Prophète Mohamed (psl) et de tous les autres prophètes venus après lui. Aux yeux des musulmans, Ibrahima est le modèle de dévotion envers Dieu. D’aucuns soutiennent que “sa dévotion envers Allah, aurait été si grande au point de le surnommer “Al Khaliloulah”. Chaque année, cette dévotion du Prophète Ibrahima est célébrée par des milliers de musulmans par des prières et le sacrifice de moutons, commémorant ainsi le sacrifice qu’aurait exigé Dieu de la part d’Ibrahima, la vie de son fils Ismaïl, avant d’envoyer l’ange Gabriel substituer à la place d’Ismaël un mouton au moment même où le père soumis allait procéder à l’acte.

Les chartes de la célébration de la fête de Tabaski

L’islam est régie par un ensemble de codes de conduite et de lois auxquelles, les croyants sont appelés à se conformer. Dans ses lois, l’on distingue la Sounna et la Charia. La Sounna, résume l’ensemble des faits et des habitudes reconnues au Prophète Mohamed (Psl) (en quelque sorte sa biographie et tout ce qui lui est reconnu comme habitude), et auxquels ce dernier demanda aux fidèles croyants de se conformer à leur tour. La Charia par contre, réglemente la totalité de la vie du croyant : le droit de la famille, la vie en société et le respect de la religion musulmane.

Image associée

C’est dans cette lignée que s’inscrit la célébration de la fête de Tabaski. En effet, le Prophète Mohamed (psl) avait lui aussi pour habitude de commémorer chaque année la dévotion de son ancêtre Ibrahima tout en invitant les croyants à rallier son acte. À l’image de la Tabaski, beaucoup de pratiques chez les musulmans relèvent de la Sounna.
Un des plus grands événements du calendrier musulman a la célébration de laquelle, sont conviés tous les musulmans.

La fête est marquée par une prière matinale pas comme celui de tous les jours est suivi du sacrifice des moutons. Toutefois, il est important d’apporter quelques clarifications sur ce point car nombreux sont ceux qui croient que seul le sacrifice d’un mouton est admis. Loin de là, en effet, tout dépend en fait des moyens dont dispose le croyant, mais le sacrifice de nombreux animaux tels que le chameau, chèvre, boeuf, poulet…est admis.

Et même si, au jour de l’Aïd el Kebir, le croyant n’a pas à sa disposition les moyens lui permettant de procéder à la célébration par le sacrifice d’un des animaux précités, il lui est accordée une dérogation de 3 mois, période pendant laquelle, il peut à n’importe quel moment s’il en dispose les moyens le faire. Il faut aussi préciser qu’au-delà du sacrifice de moutons, il est vivement recommandé de donner l’aumône aux plus nécessiteux.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.