Tant qu’il n’y aura pas de justice équitable…

Le Ministère de la Justice à l’image de l’ensemble du gouvernement et de tout l’appareil judiciaire fait toujours le médecin après la mort. Il constate les dégâts au lieu d’anticiper et en empêcher. Le leader de l’UFDG a été refusé d’accéder en Haute Guinée, alors qu’il avait le plein droit en période de campagne, même sans campagne. Des échauffourées ont eu lieu dans le Nabaya et environs.

Personne n’a entendu le Garde des Sceaux. Personne n’a entendu un Procureur zélé, de la trempe de Sidy Souleymane Ndiaye. Aujourd’hui, avec le holdup en cours dont le maitre d’œuvre reste Alpha Condé, aujourd’hui, avec les morts d’hommes et les destructions de biens, on entend le Garde des Sceaux rappelant sans aucune gêne « aux acteurs politiques qu’une compétition électorale est régie par des règles prédéfinies. » Où était-il lorsque les sièges de l’UFDG faisaient la cible d’attaques ? Où était-il lorsque le PADES et l’UFDG se sont vu bloqués à la frontière guinéo sénégalaise, alors que leurs gadgets étaient s’acheminaient à Conakry? Où est-il enfin lorsque le QG de l’UFDG se défonçait par des Forces de défense et de sécurité ?

En tout cas, on ne peut parler de paix sans justice équitable. Le Garde des Sceaux est quand même libre de ses envolées lyriques de mauvais alois : « Profondément préoccupé par le maintien d’un Climat de Paix, de Sécurité et de Concorde Nationale, il est impérativement demandé à tous les Citoyens sans considération d’opinion, d’ethnie ou de classe sociale, de s’abstenir des agissements répréhensibles de nature à compromettre la stabilité et l’Unité de la Nation sous peine de poursuites judiciaires. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.