Tant qu’on stigmatisera l’Axe et protégera les FDS…

Alpha Condé n’a pas changé d’un iota. Il s’est livré à son sport favori : le mépris, le déni et la protection des tueurs, vandales et brigands de l’Axe, habillés en uniforme et à bord de pickups de gendarmerie et de police. L’Axe, au lieu d’être la grosse et indéniable victime devient, par la force du mépris du régime, le bourreau de l’autorité de l’Etat.

« On a raconté beaucoup d’histoires sur nos forces de sécurité. Nous avons toujours dit, que les gens tués ne sont pas tués par nos forces de sécurité. Aujourd’hui nous avons beaucoup de cas. Aujourd’hui, nous avons arrêté des gens en tenue militaire. Nous allons nettoyer tous les nids de bandits. Tous les quartiers de Conakry doivent désormais être les mêmes. Il n’y aura plus de zone de non droit. L’Axe doit être comme n’importe quel endroit. Il faut que les gens sachent désormais, que l’autorité de l’État va s’appliquer », a dit Alpha Condé.

Du coup, il déculpabilise de facto, tous ces gendarmes, policiers armés de frondes, de lance-pierres qui tuent, qui renversent des marmites de pauvres citoyennes, qui frappent des vieux, des femmes et des enfants, qui kidnappent des jeunes moyennant des billets de banque, qui détruisent des boutiques, des voitures privées, etc. Par cette posture aussi Alpha Condé stigmatise l’Axe comme l’avait fait d’ailleurs son ami François Soudan. Celui-ci, on se rappelle, il y a deux ans soufflait sur les braises, attisait la haine et la rancœur. Le tout dans une rare stigmatisation d’une communauté. Son éditorial exposait, ni plus, ni moins, les tares infamantes du mercenaire de la rotative, déversant à sa guise, sa sinistre acrimonie.

Soudan déplorait fort sournoisement ce qu’il appelait « Les violences très localisées qui ponctuent chaque rendez-vous des Guinéens» dont se seraient rendus coupables des « Jeunes désœuvrés de l’Axe», ces «insurgés permanents du ghetto peul », ces « Gangs de l’Axe » ayant établi la « République de Ratoma ». Ainsi, qu’on se tienne pour dit : Tant qu’on stigmatisera l’Axe et protégera les FDS, cette partie de la Guinée s’estimera marginalisée, honnie, oubliée, cataloguée. Et donc, tentée de s’inspirer de Robespierre : «Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple le plus sacré et le plus indispensable des devoirs ».

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.