Temps des récompenses : Malick Sankhon, la palme d’or

« J’ai été clair avec les ministres. Je sais beaucoup dans le gouvernement n’étaient pas très chauds. Ils pensaient qu’on n’allait pas réussir. J’ai observé chacun, je sais qui est qui et qui a fait quoi », se plaint déjà Alpha Condé. En tout cas, s’il bien un homme à qui il faut décerner la palme d’or, c’est bien Malick Sankhon, le géniteur des Chevaliers de la République.

Avant le référendum contesté, il a été vu et entendu. Après ce scrutin honteux, il était encore là, constant ! Aujourd’hui, avec ce 3è mandat tout aussi contesté, MalickSankhon tient haut la baraque. Avec conviction et apparemment moins de zèle. Il ne s’est quand même pas laissé distraire. Et c’est sûr une belle récompense – même sans gloire – lui est destinée. Un poste de ministre ? Peut-être ! Une confirmation à la CNSS ? Certainement pas ! Dix ans au même poste, alors que Condé a toujours plaidé pour la transhumance administrative serait aberrant. En tout cas, à la CNSS, il y a logé tous les Chevaliers de la République. Copains et coquins ! Il aura tout réussi. Avec autant de subtilité que de militantisme apparent. Certains l’accusent même d’avoir drainé une liste sur laquelle figuraient tous ceux qui ont mouillé le maillot, afin que l’homme du 3è mandat rempile, en enjambant les cadavres de l’Axe et en faisant tirer sur le corbillard.

MalickSankhon est aujourd’hui le symbole même de l’opportuniste intelligent. Militer pour mieux s’abriter ! Gérer les fonds publics en toute intelligence avec certains de la réelle galaxie présidentielle. Si donc c’était un objectif, alors il est bien atteint. Mais, avec Alpha Condé, sait-on jamais !

De toute évidence, bien des hauts cadres ont mouillé le maillot pour sauver ce qu’ils ont volé. D’autres étaient en campagne pour mériter le poste qu’ils occupent. Et un troisième groupe avaient mouillé le maillot pour se faire une place, soit perdue plus tôt, soit non encore trouvée. Leur posture n’a rien à voir avec un quelconque sentiment avec Alpha Condé. Un jeu de dupes !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.