Tentative de Kidnapping : mais que faisait Elie Kamano à l’UNICEF ?

La question est toutes les lèvres des fans de l’artiste Elie Kamano : que faisait celui-ci au siège de l’institution onusienne qui s’occupe entre autres de l’enfance ? On en sait un peu plus aujourd’hui, après l’orage et les bons offices du ministre Gassama Diaby. En effet, selon des sources concordantes Elie Kamano veut s’impliquer dans la lutte contre Ebola notamment en région forestière d’où est parti le virus.

 C’est de cette institution que l’artiste s’est rendu compte de la présence d’éléments de la police en uniforme et en civil.  Ne se doutant pas que ces gens-là sont venus le cueillir à efroid, l’artiste reste dans les locaux tout de même avant de s’assurer que la Police est belle et bien venu le kidnapper sans aucune autre forme de procès. Elie Kamano « constate la présence d’un véhicule administratif (VA) dont nous taisons volontiers l’immatriculation, accosté à quelques encablures de là, immatriculé seulement de devant, mais pas de derrière. A son bord quelques 5 à 6 gros bras vêtus de gilets de couleur verdâtre et imprimés de Police au dos et d’autres, éparpillés le long de la ruelle qui contourne le cimetière de Coléah. Il a désormais la certitude de l’information qu’il est filé. C’est alors qu’il rejoint la cour et remue ses contacts. Quelques heures après, la presse pullule les artères de l’Unicef. Son avocat, un colosse du barreau guinéen est alerté, le ministre des Droits de l’Homme et des Libertés publiques aussi. Quelques temps après, Khalifa Gassama Diaby débarque sur les lieux, prend contact avec les agents et décide d’escorter l’artiste à la hiérarchie de commandement au centre-ville de Kaloum, à Manquepas. »

De démarche et de conciliabules, l’artiste est rentré chez lui mais ne semble point désarmer ou de partir en exil. Sacré Elie !

Jeanne FOFANA, www.kababachir.com

  1. Alseny Bah dit

    Mais bon sang! Qu’on laisse ce jeune en paix, clamer ses idées et proclamer ses opinions politiques. D’autre part, Kamano doit être plus vigilant et surtout faire attention. Lorsque les anglais disent « take care », c’est important. « Prudence d’accord, mais la vie d’abord! ». Tu as vu Kamano, des innocents sont dans les geôles (les Fatou BADIAR), des Fatou BOIRO ont été éliminés; rien n’en est sorti. Ne baissons pas les bras, bien entendu mais, il appartient à tous les guinéens épris de paix et de justice de se lever, comme en 2007 et tous en même temps, pour imposer au Pouvoir une ligne à suivre!!!

Votre adresse email ne sera pas publiée.