Tenue d’un autre Congrès du SLECG : quels enjeux ?

Le SLECG dirigé par Aboubacar Soumah ne refuse pas la tenue d’un autre Congrès, mais peine à trouver des garanties. Du coup, il exclue tout retour en arrière. Mais, en réalité, quels enjeux pourrait-il y avoir si le congrès se tenait ?

A priori, l’atmosphère ne se prête pas à l’élection d’un nouveau bureau du SLECG, avec notamment les positions tranchées des uns et des autres. Il faut aussi noter, les coups bas et autres grosses manœuvres qui pourraient intervenir pour exclure, ou faire un coup KO contre le rebelle illégale et illégitime du gouvernement. Une façon de l’écarter et de le neutraliser. Lui qui a pu paralyser tout le territoire national et perturbé le Pré universitaire. Tant dans le privé que dans le public. Le gouvernement a donc intérêt de le mettre hors d’état de nuire. Le tout par le truchement de l’Inspection générale du travail et du département de tutelle que gère outrancièrement Damantang Camara. Les enjeux sont donc grands. A ceux-ci, il faut certainement ajouter que les inimitiés créées avec les acteurs au mandat terminés pourraient jouer en défaveur de Soumah.

Les structures et individus sont déjà à l’index du SLECG de Soumah. Il s’agit : gouvernement, société civile, FEGUIPAE et les dissidents du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée à savoir : Souleymane SySavané, Kadiatou Bah, TanouBaldé et Louis M’BémbaSoumah de l’USTG.

Au regard donc de cette complexité, «Le bureau exécutif national du SLECG, au nom des enseignants, rejette en bloc la tenue d’un nouveau congrès contraire aux statuts et règlement intérieur du SLECG, et informe l’opinion nationale et internationale que le seul interlocuteur crédible reste et demeure le nouveau bureau exécutif national dirigé par le Secrétaire général, le camarade Aboubacar Soumah qui a été élu lors d’un congrès organisé le 26 janvier 2018 en présence des délégués des 33 préfectures, des 8 régions administratives et les 5 communes de la Capitale. »

A bon entendeur salut !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.