Alors que les actionnaires de Tesla ont approuvé une rémunération potentielle de près de 56 milliards de dollars pour son dirigeant Elon Musk, le directeur des investissements d’un fonds spéculatif a récemment affirmé que l’entreprise automobile est « au bord de la faillite ». Dans une lettre citée par Sovereign Man, John Thompson, directeur des investissements chez Vilas Capital Management — qui a parié contre Tesla, précisons-le —, a écrit : « Je pense que Tesla va s’écrouler dans les trois, six mois à venir… […] Tesla est, sans aucun doute, au bord de la faillite. »

Il a ajouté par la suite : « L’entreprise ne peut survivre pendant les 12 mois à venir, sans avoir accès à des capitaux des banques de Wall Street ou d’investisseurs privés. Nous estimons que Tesla aurait besoin d’environ 8 milliards dans les huit mois à venir pour combler ses pertes d’exploitation, ses dépenses en capital, ses dettes qui arrivent à échéance et les besoins en fonds de roulement. » Selon un article du Wall Street Journal, Tesla détenait environ 3,4 milliards de dollars fin 2017 mais l’entreprise dépense 1 milliard de dollars par trimestre. Si ces chiffres sont exacts, cela signifierait que les caisses de Tesla seront bientôt vides si l’entreprise dirigée par Elon Musk ne génère pas davantage de recettes ou ne lève des fonds.

Au quatrième trimestre 2017, Tesla a annoncé une perte nette de 675,4 millions de dollars, soit 4,01 dollars par action, contre 121,3 millions de dollars, soit 78 cents par action, un an auparavant. Son chiffre d’affaires est toutefois ressorti en hausse avec 3,29 milliards de dollars, contre 2,28 milliards un an plus tôt.

Selon John Thompson, les raisons des difficultés financières de Tesla s’expliquent par:

  • « Leur incompétence à fabriquer et livrer les Model 3 ». Selon les données de Bloomberg, Tesla produirait 881 voitures par semaine, alors qu’en juillet 2017, l’entreprise avait avancé qu’elle produirait 5000 unités par semaine d’ici fin 2017.
  • « La demande en baisse pour ses Model S et X »,
  • Ou encore « des soupçons de comptabilité frauduleuse, qui seraient mis en évidence par 85 lettres/enquêtes du gendarme américain des marchés financiers et le départ de deux responsables au sein de son département financier ». Tesla risque ainsi de peiner à trouver des investisseurs disposés à injecter de l’argent frais…

Enfin, Tesla a un Z-Score — un outil permettant de mesurer la sécurité financière d’une entreprise — de 1,26 et « toute entreprise ayant un score en-dessous de 1,8 est considérée comme étant en détresse par beaucoup d’investisseurs. Un score de 1 ou moins suggère que l’entreprise risque de faire faillite d’ici deux ans », a souligné le Wall Street Journal.