Thalès de l’ACGPMP et Diouldé de la SEG : des militants de l’UFDG ?

La révélation pourrait mettre jeter le froid entre Mamadi Thalès Condé, Administrateur général du contrôle des Grands projets et des marchés publics (ACGPMP), Diouldé Diallo, Directeur général de la SEG et le RPG, parti au pouvoir. En effet, selon Doussou Condé, ces deux hauts cadres de l’Etat, contrairement à ce qu’ils laissent apparaître, sont tout simplement des militants de l’opposition, en l’occurrence de l’UFDG, bête noire d’Alpha Condé.

« Il y a plein de militants de l’UFDG dans ce système. Ce n’est pas un crime. M. Thalès Condé est un militant de l’UFDG. Le jeune Diouldé est un militant de l’UFDG. Ce n’est pas un crime. Le problème n’est pas UFDG et RPG. Le problème est ce groupuscule de profiteurs qui utilisent les guerres ethniques quand c’est chaud », s’insurge Doussou Condé sur une radio locale à Conakry. L’appartenance de Thalès à l’UFDG frappe et étonne, cet obscur et influent personnage occupe depuis six ans environ son actuel poste qui relève directement d’Alpha Condé. C’est homme de main d’Alpha Condé. Il a plein de ramifications et d’influences au niveau de la sphère administrative et politique. Il est là au lever et au coucher du soleil sous les lambris du palais.

Il parle de projets costauds et irréalistes. Il a son lobby à lui. D’abord avec Mohamed Diané qui était son mentor et son maître à penser, celui-là même qui l’a toujours protégé, ensuite, il exige son indépendance avant de se poser en rempart auprès d’Alpha Condé. A ce jour, il file le parfait coton avec le remplaçant de Diané, Kalil Kaba. Ils font tout, ensemble ou presque. Bien d’autres décisions sont prises sous l’influence de Thalès, quasiment indéboulonnable à l’ACGPMP. En dépit des grosses magouilles qu’on lui prête, à travers ses petits qu’il protège autour de lui. Il est absent devant les caméras et les flashes photographiques. Diané absent désormais du cercle restreint, Thalès et Cie deviennent les maîtres des lieux.

Diouldé de son côté, se la coule douce à la SEG, en dépit des imperfections dans la fourniture d’eau hautement politique, parce que l’une des grosses promesses de campagne d’Alpha Condé. Si donc ces deux cadres appartiennent à l’opposition, il y a bien d’ouvrir les yeux. Mais Doussou Condé assume ses accusations portées contre Diouldé et Thalès.

Les extrêmistes du parti au pouvoir risquent d’être à leurs trousses…

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.