Tibou et le SLECG : la déception en perspective !

Jusqu’à quand va durer le mariage entre Tibou Kamara et le SLECG ? Cette question revient sans cesse dans les débats, surtout depuis la sortie du conseiller personnel dans les médias faisant état de la ‘’lenteur normale’’ des négociations. Pour Tibou Kamara rien n’urge, même si le SLECG voulait partir vite afin les classes soient rouvertes.

Extrait : « Il faut se dire que rien n’est impossible dans la vie. Et en tant que Guinéen, on finira toujours par trouver une solution quelle que soit le temps. Ce n’est pas une course contre la montre. L’essentielle, c’est de bien faire les choses et à temps et j’appelle M. Aboubacar Soumah à poursuivre l’effort des discussions. Je pense qu’il n’y a pas ultimatum à discuter et se mettre autour de la table. Si on avait cette solution, il y a longtemps qu’on l’aurait donné déjà pour éviter au pays ce qu’il vit aujourd’hui. Je termine par dire de faire confiance au Chef de l’Etat. »

On comprend donc que le climat commence à être irrespirable entre SELECG et émissaires du gouvernement. Tibou sur qui l’équipe de Soumah compte risque de divorcer d’avec elle, puisque ne possédant pas toutes les énergies pour faire sauter le verrou du portefeuille et satisfaire les syndicalistes. Ce n’est quand même pas de l’incapacité, selon le conseiller personnel du président guinéen. « Ce n’est pas l’incapacité de l’équipe de médiation ou la mauvaise foi de la partie qui est en face nécessairement qui est en cause. Moi, je pense que c’est un partenariat que nous demandons mais ce n’est pas un refus de faire face aux revendications. Et cela ne serait  pas responsable et possible de la part de l’Etat. L’impasse à la difficulté de le faire, nous demandons la compréhension de nos partenaires » a notamment dit Tibou Kamara.

De nombreux observateurs n’excluent vraiment pas un divorce, des semaines durant, jusqu’à présent, rien de potable. Une simple parade, puis, rien. Cette situation commence à agacer les syndicalistes. Ce lundi risque d’être troublé…

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.