Tibou Kamara : une provoc de trop, vite punie et dissuasive

Il est un coutumier des faits et il prenait ses aises dans un réceptif hôtelier de la place, un deuxième bureau depuis de longs mois, pour critiquer les nouvelles autorités de la Guinée, feignant comprendre que le pouvoir a désormais changé de mains. Ni les sorties médiatiques orientées, ni les tribunes imbibées de déjections ne sont dorénavant admises.

Tibou Kamara vient de le comprendre à ses dépens. Il a fait donc une provoc de trop et il l’a payée cash. Il s’est vire fait remonter les bretelles par le CNRD, lequel a pris soin d’expliquer l’outrecuidance du ministre-pyromane, provocateur et indélicat : «C’est suite à la violation manifeste et répétée de cet engagement que l’ancien ministre Tibou Kamara a été interpelé, entendu par les services compétents puis libéré. Il est à préciser qu’au cours de son interpellation, plusieurs objets en relation avec cette violation ont été saisis », mentionne le communiqué du CNRD.

Par ce communiqué, les nouvelles autorités prennent soins de contrecarrer toutes autres manipulations visant à salir l’élan pris. Et mieux, elle dissuade d’autres cadres, proches de Condé qui sont encore dans le déni. Et qui, en famille, dans les réceptifs hôteliers ou dans les bureaux, continuent de vivre dans la négation en critiquant ou vouant aux gémonies Doumbouya et sa bande. Tibou ne pourra certainement plus faire des émules.

Il est clair qu’il existe toujours des militants du RPG, fils adoptifs de Condé, proches de l’ancien vieil homme de Sékhoutouréya qui restent toujours dans le déni. La machine CNRD est certainement à leur trousse. La page Condé est tournée. Il faut se rendre à l’évidence. Et…procéder à « prêter allégeance » aux nouvelles autorités du pays. C’est une question de survie ! Mais, selon toute vraisemblance, Tibou n’a pas encore compris cette nouvelle donne.

Selon Confidentiel Afrique, l’ex-conseiller d’Alpha Condé, qui avait pris la fuite et arrêté avec la somme de 600 000 Euros à la frontière guineo-sierra léonaise le soir même du putsch du 5 septembre, comme l’avait révélé en exclusivité Confidentiel Afrique, était en contact téléphonique avec les services secrets et mercenaires russes, réputés proches de la Tour de Kremlin. Informé par des canaux sophistiqués autorisés, le Colonel MamadiDoumbya a demandé à certains éléments de la junte militaire d’aller cueillir Tibou Kamara, illico presto. Avant de le libérer plus tard et d’en donner les motifs de son interpellation.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.