TOURNOI DE TOULON : Siaka Barry sort de sa réserve

Le ministre des sports, de la culture et du patrimoine historique a attendu que la Guinée sorte du tournoi pour s’exprimer sur la dernière participation de la Guinée au championnat espoir de Toulon. On se rappelle que cette participation avait été critiquée comme s’étant faite sans l’aval de l’Etat guinéen. Cet aspect, Siaka Barry le confirme et promet des sanctions à l’encontre de ceux qui s’étaient ainsi substitué à l’Etat guinéen. Il l’a fait savoir chez nos confrères de Gangan TV.

Les problèmes autour de cette participation avaient éclaté quand Antonio Souaré, sollicité pour payer les frais de cette participation et réalisant qu’il risquait de se faire arnaquer du fait de la surfacturation, a menacé de ne plus honorer ses engagements. Alors, les organisateurs avaient haussé le ton menaçant, pour leur part, de poursuivre l’Etat guinéen en justice. Aussitôt, des voix s’étaient élevées pour relever qu’en réalité la Guinée, en tant qu’entité étatique, n’était pas mêlée à cette participation.

En gros, selon les informations, seul Ibrahima Blasco Barry, l’actuel secrétaire général du comité de normalisation de la Féguifoot aurait pris la responsabilité d’engager le Syli espoir à ce championnat. Naturellement, en complicité avec des managers guinéens proches des organisateurs du tournoi, l’idée était de mettre l’occasion à profit plumer la poule aux œufs d’or qu’est devenu Antonio Souaré, PDG de Guinee Games.

Malheureusement, tout cela leur retourne à la figure. Car la campagne des jeunes guinéens ayant été catastrophique, les langues se délient et la colère commence à gronder. En effet, il faut rappeler que la Guinée avait perdu ses trois rencontres dont un fameux 7 contre 1 face à l’Angleterre. Après une telle humiliation, Siaka Barry promet que les fautifs seront rappelés à l’ordre. Ce qui, au regard des faits dont il est question, sera une incroyable clémence.

Anna Diakité,www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.