TPI de Kankan : Ouverture du procès de Seny Lamah, accusée de maltraitance contre sa fille adoptive !


Poursuivie pour exploitation et maltraitance de mineur, le procès de Dame Sény Lamah s’est  ouvert ce mercredi 10 juillet 2019 au tribunal correctionnel de Kankan. La prévenue Sény Lamah est accusée par l’inspection régionale de l’action sociale, de la promotion féminine et de la protection de l’enfant, d’avoir volontairement infligé une blessure béante à sa fille adoptive Thérèse Louah âgée de 13 ans.

Les faits se sont déroulés dans la soirée du 27 juin 2019. Sény Lamah a grièvement blessé sa fille adoptive à l’abdomen. Pour la simple raison que cette dernière aurait retranché une somme de 6.500 GNF, de sa recette de vente  d’eau glacée au marché.

L’accusé Sény Lamah âgée de 28 ans mariée et mère de deux enfants, à la barre a reconnu les faits qui lui sont reprochés tout en soutenant s’être laissée emportée par sa colère.  ,

« Ils m’ont appelé pour me dire qu’elle a volé 60.000 fg au marché, quand je suis venu j’ai remboursé l’argent, et on n’est venu à la maison. J’étais très en colère, puisque je ne l’avais  jamais frappé depuis qu’elle m’a été donné. Je l’ai prévenu que je n’allais pas lui pardonner ça. C’est ainsi, j’ai fais chauffé la cuillère au feu. Je l’ai demandé de venir, elle a pris la fuite.  Je l’ai donc dis d’aller se laver. Quand elle s’est déshabillée, je l’ai cogné avec la cuillère et elle est tombée là-dessus. Elle s’est blessé au ventre. Le lendemain je lui demandais d’aller vendre de l’eau, j’ai constaté que la plaie s’aggravait. Donc j’ai commencé à lui faire des traitements maintenant. Je regrette ce que j’ai faits » S’est-elle confessée.

A la barre, l’assistante de l’inspection régionale de l’action sociale, de la promotion féminine et de la protection de l’enfance Kourani II Konaté, a fait valoir un démenti sur la version de l’accusée Sény Lamah. Selon elle, la petite a été blessé par sa mère adoptive parce qu’elle aurait volé 6.500 de la recette d’eau qu’elle est allé vendre au marché.   

« Selon ce que Thérèse nous a dit, quand elle est revenu du marché, sa tante a dit qu’il manquait 6.500 GNF sur la recette. C’est ainsi qu’elle a mis la cuillère au feu, elle l’a pourchassé, l’a rattrapé avant de l’administré cette cuillère chaude. Ce n’est pas tout, Thérèse nous a fait savoir, qu’en plus de l’exploitation économique dont elle fait objet, elle est souvent battue et enfermer à la maison par cette femme. De fois, elle l’administre du piment sur tout son corps » A-t-elle témoigné.

C’est après ce témoignage, que le tribunal a ouvert la phase de réquisition et plaidoirie. Dans ces réquisitions, le procureur de la République Aly Touré, a fait savoir que les faits ont tout pour être une affaire criminelle, mais que compte tenu des liens familiaux entre la victime et la prévenue, le parquet a préféré l’envoyé en correction.

C’est pourquoi il a plaidé coupable pour l’accusée Sény Lamah et requis contre elle, une condamnation de cinq ans d’emprisonnement ferme.

La défense dans ses plaidoiries, a sollicité des circonstances atténuantes pour sa cliente. Me Kanté a proposé à la cour de commander sa cliente à 1 an 6 mois d’emprisonnement assorti de sursis.

À la sortie de cette audience, Kourani II Konaté, l’assistante de l’inspection régionale de l’action sociale, de la promotion féminine et de la protection de l’enfance, s’est dit satisfaite de la réquisition du procureur de la république. A noter que le tribunal correctionnel de Kankan a finalement renvoyé le dossier au 24 juillet prochain, pour délibérer.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.