Trafic routier: Axe Boké-Kanfrandé, un enfer pour ses usagers  

Comme l’illustre l’image, la route Boké-Kanfrandé constitue aujourd’hui, un véritable calvaire pour ses usagers, surtout en cette période hivernale, a constaté notre correspondant basé sur place.

Distante de 42km du Chef-lieu de la préfecture de Boké en passant  par le village Wawayiré dit-on, la sous-préfecture de Kanfrandé est une localité à vocation Sylvio-agropastorale.

Aussi, elle dispose d’un port de pêche artisanale toujours à l’état primaire.

« Exigüe, embourbée et sablonneuse», c’est le visage que présente l’axe Boké-Kanfrandé, une zone convoité par des pêcheurs locaux.

Sur la route, il est aisé de rencontrer des véhicules même les 4X4 s’enfoncer dans la boue. C’est pourquoi, la plupart des usagers arrivent à destination très épuisés et malpropres.

Pratiquer cet axe par piste rurale, il faut compter quatre (04) ou cinq (05) heures.

Quant aux paysans fortunés, ils trouvent économique la voie maritime. C’est pourquoi, ils rallient souvent le Port minier de Dapilon pour atteindre facilement la CR de Kanfrandé.

«Pourtant, notre village a des fils très riches. Mais, qui n’ont pas la volonté de nous tirer de cette situation misérable. Chaque jour, nous effectuons des prières pour attirer des personnes vers notre village qui doit prospérer. Je n’indexe personne. Mais, il y a des riches qui guinéens qui sont nés dans ce petit village des pêcheurs…»

A Kanfrandé, on peut remarquer des bâtiments avec des portes et fenêtres perforées, signes de pauvreté au galop.

Mamadouba Camara, www.kababachir.com à Boké

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.