Transfert de la décharge : ce que l’UFC ne sait pas !

« L’UFC condamne l’incapacité du gouvernement à procéder, tel que prévu par le plan d’urbanisation de la ville de Conakry et de ses environs, au transfert de la décharge de Dar-Es-Salam à Dubréka. » C’est par un communiqué que le parti d’Aboubacar Sylla a en effet déploré les morts d’hommes, suite à l’éboulement de la montagne d’ordures de Concasseur causant près de dix morts. Mais, ce que l’UFC ne sait surtout pas, c’est que le transfert de la décharge pour Dubreka est un projet mort-né.

Le gouvernement ne peut rien pour le moment. Il manque de lucidité : « Il y a des débats sur la décharge de Dubreka qui se trouve, semble-t-il, trop près d’une source de nappe d’eau. Donc il faut le déménager. Aménager une nouvelle décharge et trouver un  système  de collecte. » Cette déclaration de Damantang Camara est sans équivoque. La décharge de Dubréka est un projet mort-né. Pendant ce temps, les Guinéens sont tympanisés par la gestion des ordures. Des quartiers entiers sont sous les affres des fumées âcres que dégage la décharge sise entre Concasseur, Dar-es-Salam, Gbessia, etc.

Récemment, au cours d’une rencontre, le Ministre Boureima Condé « a relevé les résultats non satisfaisants obtenus en matière d’assainissement au cours de la dernière décennie et rappelé la mise en œuvre en 2014 d’un programme intérimaire d’assainissement et de la réforme du sous-secteur de la gestion des déchets solides. » Pourtant, l’ancrage institutionnel actuel de la gestion des déchets solides est conforme au Code des collectivités. Il reste que « la vétusté du matériel de transport des déchets et souhaité l’acquisition de six camions lève conteneurs. Il a aussi évoqué l’état de la décharge de la minière qui, avec des travaux de réhabilitation, pourrait continuer à recevoir des ordures jusqu’en 2020 en attendant l’aménagement du nouveau site identifié à Khorira dans Dubréka. »

Au cours d’un conseil des ministres, Boureima Condé a cité les acteurs institutionnels d’accompagnement qui sont : l’Agence Nationale d’Assainissement de la Salubrité Publique (ANASP), le Gouvernorat, le Ministère de l’Environnement, le Ministère de la Communication et les Ministères en charge du Budget et des Finances. Il est question aujourd’hui du recrutement des PME/GIE, celle des dossiers d’appels d’offres, la poursuite du programme intérimaire, la passation de service entre le Comité Technique Provisoire et la nouvelle direction de l’ANASP. C’est ainsi
qu’une Commission interministérielle chargée de mettre en œuvre une politique d’assainissement qui sera conforme aux orientations du gouvernement est mise en place.

Selon le communiqué du gouvernement, « Cette Commission abordera également la problématique de la collecte l’entreposage, le transfert et la décharge des ordures sur des sites loin des centres urbains. » Depuis ce communiqué, un an s’est écoulé. Le gouvernement n’a pas bougé. Si ce n’est pas un manque d’inspiration qui manque, c’est de sous qui n’existent pas. Le drame de Concasseur aurait pu être évité. Mais, hélas, Alpha Condé et son équipe préfèrent constater les dégâts, faire des promesses et assister peut-être les familles éplorées. Un point c’est tout.

L’UFC sera donc plus que déçue.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.