Travaux publics avec Naité : de la maintenance à la sécurisation de des ouvrages de franchissement

Le Chef de l’Etat a demandé au ministre des Travaux publics d’accélérer la reconstruction des ponts de Linsan et de Kerouané et d’élaborer un plan de maintenance et de sécurisation de l’ensemble des ouvrages de franchissement. C’est en effet, l’une des grandes décisions issues du conseil des ministres tenu, à Conakry, le jeudi dernier.

On se rappelle que ces derniers temps, comme un effet de contagion, les ponts cèdent les uns après les autres. Tous ont un dénominateur commun : des ponts d’avant l’indépendance en 1958. Aujourd’hui, c’est un autre reliant Labé à Tougué (Labha) qui attire l’attention des autorités préfectorales. A N’zérékoré, la même alarme. Mais, jusqu’à présent, aucune réaction. Pour la petite histoire, suite à la tenue des états généraux de la circulation, encore des annonces farfelues avaient été lancées.  C’est en effet la toute nouvelle trouvaille d’Alpha Condé réalisée à l’inauguration du pont de Kaka, à la sortie de Coyah.

Il avait fait d’abord un constat : « Comme les Guinéens ne sont pas disciplinés, il faut qu’on vous apprenne à être disciplinés. C’est pourquoi nous allons désormais faire des lois pour obliger tous les transporteurs à respecter le code de la route. Il y a des accidents parce que nous sommes très indisciplinés, nous ne respectons pas le code de la route, nous ne respectons pas le nombre de passagers. Un véhicule qui doit prendre 20 personnes on met 50. Il ne suffit pas seulement de faire des ponts, il faut discipline les conducteurs, il faut disciplines les populations. »

Alpha Condé parle de discipline ? Eh bien, les transporteurs chargent dans les parcs, et autres gars voitures aménagés par l’Etat. Chaque ligne a une équipe de syndicats. Chaque chauffeur achète des tickets. A chaque barrage ou brigade mobile, on paie de l’argent. A chaque carrefour dans la capitale guinéenne et dans les gouvernorats, on trouve des policiers de l’Etat, payés par l’Etat, habillés parfois par le même Etat. Les taxis et minibus chargent et prennent la route parfois avec des bagages largement excédentaires. Mais les policiers en parents pauvres de l’Etat préfèrent des petits billets de banque dans le parfait cousinage que d’arraisonner tel ou tel taxi. Au niveau de la Brigade mobile, de Kaka, on paie et on passe. Alors question à Alpha Condé, le champion : où est l’indiscipline et elle est créé par qui, entretenue par qui et voulue par qui?

Le recrutement des policiers et gendarmes se fait de la façon la plus désespérante. Au niveau des barrages, c’est à certains qu’on demande le triangle, la boite médicale et l’extincteur, chez d’autres, on plombe les vitres et on met les feux de détresse puis, on lève le barrage. Etats généraux de la circulation ? Bonne chose mais qui doit servir à quoi, parce que toutes les recommandations sont dans les tiroirs poussiéreux de l’Etat ?   Néanmoins, « Nous avons décidé de faire les états-généraux de la circulation afin d’obliger chacun à respecter les règles, trop de morts inutiles qu’on peut éviter. »

 

Un vœu pieux !

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.