Travaux publics : vers une Agence routière en Guinée

Améliorer sensiblement l’état des routes à travers des investissements importants pour l’entretien routier et la remise à niveau du réseau pour améliorer la performance du secteur routier. C’est le leitmotiv qui sous-tend la création de l’Agence routière en République de Guinée.

La ministre des TP était devant ses pairs de gouvernement pour donner tous les contours liés à cette trouvaille. Une trouvaille qui collerait parfaitement bien avec la situation qui prévaut dans les autres pays de la sous-région. Pour Oumou Camara, ministre des TP, les mesures et actions prioritaires porteraient sur entre autres le recours à la formule d’agence routière couplée au Fonds d’Entretien Routier de 2ème génération.

Pour y parvenir, Oumou Camara informe que le Département envisage un voyage d’études sur le Mali, le Sénégal ou la Tanzanie pour permettre aux cadres guinéens de rencontrer les responsables de l’AGEROUTE, FER, PME et BET en mars 2017 avec l’appui financier du Fonds Européen de Développement (FED). Seul hic, le réseau routier guinéen est bien vétuste, il requiert une grosse enveloppe financière pour être restauré.

Visiblement, dans le budget 2017, aucune construction de route ne figure dans le projet. Que des réhabilitations. Et là aussi, faute de fonds disponibles, les entreprises locales peinent à achever les travaux entamés. Même si, récemment, Alpha Condé a apporté de l’eau dans les moulins de certains, en demandant au secteur financier de faire la situation de ceux qui ont des marchés mais qui n’ont pas été payés. Auparavant, il avait désintéressé d’autres entrepreneurs dont il vante le mérite.

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.