Trois porte-paroles en branle au compte de la transition

Ousmane Gaoual Diallo, porte-parole du gouvernement ; Amara Camara, porte-parole de la Présidence de la République et Aminata Diallo, porte-parole du CNRD. Sans oublier Moussa Moise Sylla, directeur de l’information et de la communication. C’est désormais l’ossature mise en branle au compte de la transition.

Si Gaoual Diallo est déjà vu à l’œuvre, à travers ses interventions dans les médias locales, évoquant des sujets de préoccupation majeure, Amara et Aminata quant à eux viennent d’être (enfin) nommés à leur rang et qualité respectifs. A priori, cette superposition de rôle provoque une sorte d’amalgame chez bien des Guinéens, mais, la démarche vaut tout son pesant d’or. En effet, le fait de délimiter le périmètre pour chacun des porte-paroles facilite la fluidité du travail et donc, garantir un résultat escompté. Chacun dans un domaine précis pourra certainement mériter la confiance porté en lui. Et chacun doit rendre des comptes au Premier ministre et au Président de la transition. Selon l’actualité ou la teneur de l’évènement, comme celui lié à la ‘’réplique’’ de Conakry, suite à l’appel à fermeture de frontières fait par la CEDEAO.

Ce cas-ci, c’est le CNRD lui-même qui s’est occupé du dossier, loin du ministre des Affaires étrangères, loin du porte-parole du gouvernement ou du directeur de l’information et de la communication Moussa Moise Sylla. En créant donc des porte-paroles au niveau de chacune des entités, MamadiDoumbouya veut certainement s’assurer que les messages voulus sont véhiculés de la façon la plus souhaitée. Quitte à veiller réellement sur les cloisons étanches.

Porte-parole du gouvernement, porte-parole de la Présidence de la République et porte-parole du CNRD.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.