Tunisair à la conquête du ciel guinéen

Deux ministres tunisiens ont été reçus en audience hier lundi par le président Alpha Condé. Il s’agit du ministre de l’Industrie et du Commerce et son homologue des Transports. Au menu des échanges, le lancement des vols de la compagnie Tunisair vers Conakry et l’ouverture d’un forum économique entre les deux pays, qui ont eu lieu tous ce mardi à Conakry. Selon le Bureau de presse de la présidence de la République, le ministre tunisien de l’Industrie et du Commerce, Zied Ladhari, a apprécié le nouveau vent qui souffle dans les relations de coopération entre Conakry et Tunis.

« Nous avons discuté de l’importance des relations tunisio-guinéennes. Aujourd’hui, nous nous réjouissons de l’ouverture d’une nouvelle ligne aérienne directe entre Tunis et Conakry », a déclaré M. Ladhari, espérant que cette nouvelle ouverture contribuerait à développer les relations économiques entre les deux pays. « Nous pensons que ce vol inaugural va permettre d’aller plus loin dans nos relations économiques mais également d’offrir des opportunités aux Guinéens de visiter la Tunisie et faire du tourisme ; sans oublier leurs besoins de santé, l’opportunité pour les étudiants qui veulent faire leurs études en Tunisie, ainsi que les Tunisiens qui désirent visiter la Guinée », a-t-il ajouté.

En réponse, le ministre guinéen des Transports, Oyé Guilavogui, présent à cette rencontre, a mis l’accent sur l’importance de l’ouverture de la ligne aérienne entre les capitales des deux États africains. « Nous pensons que le transport reste un des moyens les plus sûrs de développement des relations diplomatiques, économiques et sociales entre les États. Donc, (Tunisair) était attendue à Conakry et désormais la ligne sera ouverte entre notre capitale et Tunis. »
Grâce au lancement des activités de la compagnie nationale tunisienne à Conakry, les voyageurs guinéens peuvent désormais rallier directement Tunis sans passer par le Maroc, autrefois point de passage obligatoire pour se rendre au pays de Habib Bourguiba. Ce qui, selon M. Guilavogui, va permettre de diminuer le prix du billet entre les deux capitales.
Thierno Diallo, Kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.