TVA sur l’huile et la farine : où en est-on?

« La TVA comme toutes les autres taxes est votée et adoptée annuellement au Parlement. Quand on arrivait, cette loi était déjà passée. On l’a appliquée. Mais son application s’est heurtée à l’impopularité. C’est ainsi que le Président de la République nous a instruits de surseoir à son application. »

C’est le ministre du Budget qui parle. Mohamed Lamine Doumbouya rappelle que c’est bien Alpha Condé qui a demandé au gouvernement de surseoir l’application de la TVA sur les huiles alimentaires et la farine. Mais déjà, selon le ministre, la taxe sur les huiles alimentaires n’était appliquée que sur les cordons douaniers. « Les autres produits qui étaient assujettis à la TVA et qui étaient passés de 18 à 20%, on a continué à appliquer. Mais son incidence financière est relativement faible », ajoute-il.

Avant de noter que l’enjeu dans la nouvelle orientation pour les finances publiques, n’est pas d’augmenter les taux d’impôt. C’est de trouver, à son avis, ce qu’il appelle« un juste milieu qui permette aux populations de se retrouver dans la politique fiscale et ne pas prendre l’acte de payer l’impôt comme une corvée. Si tout le monde était dans l’assiette et que tout le monde payait un peu, je suis sûr qu’on pourrait faire un montant beaucoup plus important que de faire peser l’impôt sur une catégorie de la population. C’est aussi ce que nous voulons faire au niveau des entreprises. »

Ainsi soit-il !

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.