Un KW acheté à 2000 GNF se vend à 730 GNF par EDG

Alpha Condé se plaint d’avoir hérité d’un pays et non d’un État. Ses détracteurs lui reprochent d’avoir échoué à en construire un. Ils estiment que, en dépit des réformes, une certaine impunité perdure. Ce cliché décrit à lui seul la gestion d’Alpha Condé, pendant ces dix ans de gâchis et d’enrichissements illicites des siens.

Aujourd’hui, il est aberrant qu’EDG revende à 730 GNF à ses clients, le KW de l’énergie acheté à 2000 FG aux fournisseurs. Cela est d’autant plus absurde que le complexe hydroélectrique de Kaléta, entré en service en 2015 (240 MW) avec 380 millions d’euros semble sommeiller. Le complexe hydroélectrique de Souapiti (550 MW) et sa mise en service partielle dès 2019 qui devrait permettre de réduire le déficit en électricité en saison sèche, estimé à 400 MW. Le barrage et sa centrale sont construits, pour 1,2 milliard d’euros, par China International Water and Electric Corporation. Tous ces milliards n’onbt apparemment rien servi. Les Guinéens broient le noir. Aujourd’hui plus qu’hier. Pendant ce temps, la situation financière de l’Électricité de Guinée (EDG) devient catastrophique, comme le démontre la sortie médiatique récente du ministre Taliby Sylla.  Les bailleurs de fonds exigeaient une gestion privée, par Veolia. Avec Veolia, rapporte Guinée news, EDG gère deux réseaux interconnectés alimentés par une capacité totale installée de 572,4 MW dont 365,4 MW en hydraulique et 207 MW en thermique, pour une capacité utile de 433,4 MW. Mais comme le Guinéen n’aime pas payer l’électricité, et l’administration d’Alpha Condé étant un mauvais payeur de subventions, même Veolia n’arrive pas à redresser EDG et à améliorer la desserte.  Le retour à l’énergie thermique (près de 50% de la production)

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.