Un religieux juge ‘’insuffisante’’ la réouverture partielle des mosquées

La réouverture partielle des mosquées et églises à Conakry et certaines villes de l’intérieur du pays, fermées depuis plus de 5 mois en raison de la pandémie COVID-19 est diversement appréciée.

Si certains citoyens apprécient la décision des autorités religieuses, d’autres par contre estiment qu’il fallait aller au delà de vendredi et dimanche uniquement.

C’est le cas d’Elhadji Mohamed Mansour Fadiga, chroniqueur islamique qui plaide pour que la mesure soit élargie aux prières quotidiennes.

« L’autorisation du secrétaire général des affaires religieuses d’ouvrir les mosquées tous les vendredis est insuffisante. Normalement, les mosquées doivent être ouvertes tous les jours. C’est vrai, c’est avec l’arrivée de la pandémie du covid-19 que tous les lieux de culte ont été fermés, mais maintenant rien ne justifie cela, d’autant plus qu’on voit des conventions ça et là et les mouvements de soutiens s’organisent partout dans le pays et aucun respect des mesures sanitaires. Pourtant, l’état d’urgence sanitaire décrété par le chef de l’État n’autorise pas un regroupement de plus de 30 personnes, mais aujourd’hui, on voit des milliers de personnes tenir des conventions», a fait remarquer le religieux.

D’ailleurs, s’interroge El hadj Mohamed Mansour Fadiga, « Pourquoi  fermer les lieux de culte ? Pour quelle raison? Il n’y a vraiment pas d’argument maintenant. L’argument, il est tombé. Il faut maintenant ouvrir les lieux de culte tous les jours pour les 5 prières, tout en demandant les imams d’exiger le respect des gestes barrières aux fidèles», a-t-il plaidé.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.