Une visite en Allemagne pour clarifier la situation en Centrafrique

Une délégation gouvernementale, conduite par le ministre des Affaires étrangères de la Centrafrique, Sylvie Baïpo-Temon, achève aujourd’hui (22.10), une visite officielle de quatre jours en Allemagne.

« Il y a beaucoup de désinformations sur la République centrafricaine et il était important que la République centrafricaine puisse parler par sa propre voix  » Sylvie Baïpo-Temon, ministre des Affaires étrangères de la Centrafrique, résume ainsi l’objet de son séjour à Berlin.
Les parties centrafricaine et allemande ont ainsi évoqué la situation de la République centrafricaine plongée dans une guerre civile et le rôle des Européens dans la résolution de la crise et surtout la possibilité de coopération entre Berlin et Bangui. C’est ce qu’a déclaré de son côté, Christoph Hoffmann, président du groupe parlementaire du parti libéral (FDP) au Bundestag (la Chambre basse du parlement allemand) et chargé de l’Afrique centrale. « Il y a des ressources énormes là-bas. Les ressources minières et aussi une riche biodiversité. Il y a des forêts tropicales et aussi, c’est très important pour notre climat. On a parlé aussi d’une idée de reboisement qu’on peut mettre en place là-bas  » précise également Christoph Hoffmann.

Christoph Hoffmann, président du groupe parlementaire du parti libéral (FDP) au Bundestag
Christoph Hoffmann, président du groupe parlementaire du parti libéral (FDP) au Bundestag.

Christoph Hoffmann, président du groupe parlementaire du parti libéral (FDP) au Bundestag.

La question de la sécurité

Actualité oblige, la question de la présence des mercenaires Russes de la société militaire privée Russe Wagner s’est également invitée dans les débats. Et Sylvie Baïpo-Temon a fait cette mise au point : « Les autorités centrafricaines n’ont jamais fait appel, ni signé de contrat avec une société privée du nom de Wagner. Il était important pour moi aussi de venir pour rappeler que la première démarche de la République centrafricaine était de s’adresser à l’Union européenne, appelée à l’aide. Cela n’a pas été fructueux. Et en tant qu’Etat souverain, nous avons signé un certain nombre d’accords de coopération sécuritaire avec le Rwanda, la fédération de Russie, le Portugal. »

Lire aussi : Le gouvernement centrafricain reconnaît que des Russes ont commis des violences contre des civils
Réponse de Christoph Hoffmann : les parlementaires Allemands, tout bord politique et idéologique confondu sont contre la présence des mercenaires Russes de Wagner en Afrique, et particulièrement en RCA.  Cependant, il comprend la volonté des autorités centrafricaines à mettre tout en œuvre pour résorber le problème d’insécurité qui sévit dans leur pays.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour écouter l’audio:

https://www.dw.com/fr/centrafrique-sylvie-ba%C3%AFpo-temon-allemagne/a-59584847

Selon Christoph Hoffmann « c’est bien clair qu’il n’y a pas de développement s’il n’y a pas de sécurité. C’est pourquoi, on doit réfléchir aussi, à comment on peut soutenir ce pays, avec quels moyens, pour améliorer la situation sécuritaire sur place. »


La partie Allemande s’est réjouie du cessez-le-feu décrété par le président Faustin-Archange Touadéra et de la convocation par celui-ci du dialogue républicain pour espérer faire taire les armes et faire régner la paix sociale.
Mais Sylvie Baïpo-Temon prévient : seront exclus de ces assises, les mercenaires étrangers à la tête des différents groupes armés qui tuent, terrorisent les paisibles centrafricains de l’arrière-pays.

Source: dw.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.