Union africaine : Loucény Fall pourrait être relancé !

François Loucény Fall est en passe de se relancer – à partir de janvier 2017 – dans les organisations sous régionales en l’occurrence l’Union africaine dont la Présidence devrait revenir à la Guinée (Alpha Condé), après celle assurée par Ndjamena à travers Idriss Déby. L’ex-ministre guinéen des Affaires étrangères doit en principe briguer le poste de commissaire aux Affaires étrangères.

Cette possible relance pour Fall constitue un réel come-back pour un ministre qui a tout subi avec Alpha Condé. Il a pourtant dilué son parti, le Fudec au sein du RPG. Le siège a même été rendu depuis. Si le retour de Fall dans ce grand ensemble est une bonne promotion pour la Guinée, le cas d’Alpha Condé reste branlant et peu sûr quant à la présidence de l’UA. François Fall a souffert, trop souffert de la proximité avec Alpha Condé.

Il a été indésirable dans le gouvernement Youla. On ne sait pas trop. Mais une succession de gaffes, de maladresses, d’arrogance et d’intimidations ont défavorablement joué contre François Loucény Fall, alors ministre des Affaires étrangères. Alpha Condé l’avait mis à l’étroit, depuis qu’il l’a éjecté de la Présidence où des contre-décrets avaient repris, pour le parachuter aux Affaires étrangères.

Le mensonge et la langue de bois avaient fini par changer Fall. Il a menti avec la réforme de l’Armée. Il a déclaré que « La réforme de l’armée en Guinée est une success-story. L’armée a été réformée sérieusement, et 4 000 militaires ont été mis à la retraite, avec des compensations justes. » Et d’ajouter sans gêne : « L’armée n’est plus dans la rue, elle a rejoint les casernes. » Faux, pourrait répliquer tout de suite le général Facinet Touré : « Il n’y a pas eu de réforme de l’armée, c’est le contraire. Les militaires se promènent à travers la ville, l’arme à la main. Ils créent même les embouteillages en marchant au sens inverse. Un militaire ne brandit pas ses muscles, il n’impose pas le respect aux autres à travers ses muscles ou ses armes. Avec tout ce désordre-là, on parle de la réforme de l’armée. »

Ce n’est pas tout Fall a tout fait pour porter ombrage à Koutoub Sanoh de la Coopération. Excédé Fall lui parle sur les ondes de radios privées: « Tout le monde sait que ce dysfonctionnement au niveau de ces deux ministères posent problème. Il y a une certaine confusion au détriment des intérêts du pays. Nous avons demandé à l’Exécutif de clarifier les rôles de chacun des ministères. Dans l’intérêt de notre pays, il faudrait que chacun sache ce qu’il doit faire. Nous n’empiéterons jamais sur les prérogatives d’un autre département et nous n’accepterons jamais qu’un autre empiète sur nos prérogatives… Il est important que chacun ministre connaisse ses limites. Je tiens à ce que les deux départements, qu’il y ait une clarification. Je veux être un ministre des Affaires étrangères et un vrai ministre…L’Assemblée Nationale m’a posé la même question concernant ces deux départements. Il reviendra à l’Exécutif de prendre des dispositions. Le problème a dépassé les limites ».

Justement, s’agissant d’Ebola et la brouille qui s’en est suivie entre Conakry et Dakar, Fall était au courant de la démarche responsable du Sénégal. Le ministre guinéen des Affaires étrangères François Loucény Fall était au courant que le Sénégal allait fermer ses frontières pour mieux faire face au virus Ebola. C’est en tout cas ce que révèle son homologue sénégalais dans la presse de son pays précisant que le président guinéen Alpha Condé n’a jamais dit que son pays n’avait pas été informé, mais qu’il ne comprenait pas pourquoi le Sénégal a fermé ses frontières.

Mankeur Ndiaye intervenait ainsi dans les médias de son pays. « On les a informés. C’est moi-même qui ai informé le ministre guinéen des Affaires étrangères, on était ensemble à Yamoussoukro, au sommet de la CEDEAO. Quand le Président Macky Sall prenait la décision, il était à Yamoussoukro. Et avant même que la mesure ne soit connue au Sénégal, il m’a demandé d’informer les Guinéens », justifie le ministre. S’il y a donc frictions, il est question de s’en prendre plutôt à Fall. Car aujourd’hui, le Sénégal est vu comme un ennemi ou en cas un faux frère qui pourrait abandonner la Guinée. C’est du moins ce que laissent entendre des journalistes à la solde du pouvoir. Ils encensent et mettent le couteau dans la plaie. Fall était manifestement sur une mauvaise posture. Alpha Condé l’a lâché.

Mais, le diplomate a réussi depuis peu à se trouver un boulevard dans les organisations sous régionales. C’est donc une bonne promotion avec ce probable poste de Commissaire aux Affaires étrangères de l’Union africaine.  C’est tant mieux.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.