Urgent : Alpha Condé autorise le jugement du dossier du 28 septembre par la CPI en mars 2017

Diantre! La course effrénée de Monsieur Alpha Condé vers un troisième mandat vient de l’obliger à se plier à la volonté de la Communauté Internationale pour le transfert et le jugement à la Haye de l’épineux dossier portant sur le massacre de plus de cent cinquante militants de l’Opposition Guinéenne sous la Transition pilotée par le bouillant Capitaine Moussa Dadis Camara. C’est du moins à en croire nos sources bien introduites au Palais Sèkhoutouréya.

Les mêmes sources précisent:  Citation:《 Alpha Condé est en train de multiplier actuellement les manœuvres pour charmer la Communauté Internationale, notamment la CPI, les USA et la France, à l’effet de faire avaler à tous la couleuvre afférente à son fameux projet de troisième mandat.

Il cherche à redorer son blason auprès des puissances étrangères qui ont pignon sur roue en Afrique pour inciter ces dernières à lui apporter leur soutien. En son temps, Hilary Cliton, Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner avaient tous réclamé le jugement du dossier du 28 septembre par la CPI.

En prélude aux prochaines élections présidentielles aux USA et en France qui risquent de provoquer de profonds changements, Alpha Condé tente de s’offrir une image plus reluisante à l’échelle internationale.

Quelques heures avant son départ pour la Chine où il séjourne depuis hier lundi, Alpha Condé a aposé sa signature au bas du précieux acte formalisant son accord pour le jugement du dossier du 28 septembre par la CPI.

Pour ce faire, il a émis son accord pour la prise en compte des résultats des enquêtes respectivement menées par les Nations Unies et la CPI. Sauf cas de force majeure, sinon tous les inculpés seront mis à la disposition de la CPI en janvier 2017 et le jugement pourrait démarrer en mars de la même année, puisque l’essentiel de l’instruction du dossier est déjà bouclé.

Cette stratégie de Monsieur Alpha Condé s’inscrit en droite ligne de son offensive de charme à l’adresse de l’électorat peulh et de la Communauté Internationale. De l’autre côté, l’annonce de cette information pourrait lui permettre de manipuler les forestiers à souhait et de les tenir par la gorge à cause de leur fils bien aimé, Moussa Dadis Camara.

A présent, toutes les personnes inculpées seront sous haute surveillance et ne pourront plus voyager qu’en direction du Maroc exclusivement. Toumba Diakité est déjà filé par des agents occidentaux.

Tous les leaders politiques organisateurs de la manifestation seront convoqués à la CPI et comparaîtront en qualité de témoins. Là, il y a un piège. Ces leaders risquent gros pour avoir violé la décision gouvernementale d’interdiction évoquant plusieurs réserves.

Alors comme il n’y a pas un délai pré-établi pour la durée du procès et tous les principaux opposants guinéens étant concernés, les choses sont prévues pour traîner afin que Monsieur Alpha Condé puisse jouer aux prolongations pour la tenue de la prochaine élection présidentielle prévue en 2020. A croire que le procès pourrait durer plusieurs années.

Aussi, plusieurs anciens dignitaires, civils et militaires des deux Transitions respectivement dirigées par Moussa Dadis Camara et Sékouba Konaté seront-ils également entendus à titre de témoins. Parmi eux, figurent le Général Baldé de la Gendarmerie, Boubacar Barry Big-up et Papa Joly Kourouma.

L’opérateur économique KPC dont les camions ont transporté les corps de plus cent cinquante personnes portées disparues se retrouvera également dans le lot des témoins à comparaître.

Un ancien ministre civil très proche de Dadis risque fort d’être épinglé pour avoir incité Dadis à ordonner le déploiement des jeunes militaires nouvellement formés qui étaient casernés à Kaléya et pour la plupart très proches de Dadis.

Ce sont ces jeunes qui ont brillé par leur cruauté au stade du 28 septembre en arborant les uniformes de la Garde Présidentielle, de la Gendarmerie et de l’armée de terre. Toumba qui n’était pas informé de la stratégie mise en place pour éliminer les leaders politiques s’est érigé en véritable défenseur de ces derniers, craignant une insurection pouvant conduire à la chute de la junte militaire.

C’est lorsque Toumba s’est senti trahi et lâché par Dadis Camara devant les enquêteurs de la CPI qu’il s’est violemment retourné contre celui-ci en tentant de l’éliminer physiquement. Tout sera désormais clair avec la CPI. Les autorités guinéennes se feront le devoir de transférer prochainement les dossiers portant sur l’instruction》. Fin de citation.

Espérons vivement que tout cela ne relève d’une manoeuvre politicienne de Monsieur Alpha Condé pour rouler les uns et les autres dans la farine, tant et si bien que le champion du RPG est un véritable « Renard politique ».

Mandian SIDIBE, Journaliste exilé

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.