Vendeurs d’illusions : de quel bord politique sont-ils ?

Faiseurs de rois par-ci, vendeurs d’illusions par-là. Ils sont nombreuses ces cadres ou pris comme tels qui infestent le climat politique guinéen afin de s’assurer une attention particulière du ou des bienfaiteurs. Leur terreau fertilisant : les eaux troubles de la politique. Ils tirent les ficelles, allument le feu et ils activent. Seul mot d’ordre : « Fonce, ne les laisse pas faire ».

Mais en réalité, de quel bord politique sont-ils. Alpha Condé a sa réponse. L’opposition républicaine a la sienne. Si pour le président guinéen ces vendeurs d’illusions sont dans les rangs tant de la mouvance que de l’opposition, Fodé Oussou Fofana n’est pas du même avis. En cause : « Parce qu’à l’opposition il n’y a pas de postes ministériels, pas d’argent à partager ni de marchés qu’on donne. Il est plus facile que les gens quittent l’opposition pour le pouvoir que l’inverse. Cela veut dire que ceux qui quittent le pouvoir pour rejoindre l’opposition sont des gens de conviction qui ne s’entendent plus avec Monsieur Alpha Condé. »

Cette lecture est sans équivoque. Quand le président guinéen parle donc de vendeurs d’illusions dans les deux camps, c’est juste une bonne manière pour lui de culpabiliser voire livrer ses proches et par ricochet, se dédouaner. Et montrer patte blanche. Mais les Guinéens ne sont plus dupes. Aucun cadre ou militant du RPG ne peut faire des déclarations de guerre sans être supporté par le cercle restreint. Même si actuellement, n’importe qui parle au nom du parti au pouvoir. Des chargés de com, des hauts fonctionnaires de l’Etat, des députés, etc. Et bonjour les dérives. En fait, ce sont ces gens-là qui sont les réels vendeurs d’illusions. Qu’on ne s’y trompe pas.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.