Vente de métaux ferreux et non ferreux : monopole ou désir de règlementation ?

Le ministre du Commerce est actuellement dans le viseur de certains acteurs impliqués dans la vente des métaux ferreux et non ferreux. Marc Yombouno est accusé de favoritisme. Ce qui justifie selon les accusateurs désignés l’intrusion du Département de tutelle dans l’organisation de ladite vente.

Ce qui s’est traduit notamment par la mise en place d’une fédération. La raison invoquée : il faut que les dividendes soient aussi profitables à l’Etat, pas aux acteurs seulement. Il s’agit du rapatriement des devises issues de la vente de ces ferrailles. Le second motif de l’implication du ministère est lié au souci pour l’Etat de sauvegarder le patrimoine national (démantèlement des ponts et autres). Et enfin, permettre aux usines locales impliquées dans la fabrication des fers, à trouver de la matière première. Faux répliquent certains qui, la main sur le palpitant, déclare que Marc Yombouno a un deal avec certains.

Le différend perdure, la frustration aussi. De toute évidence, les rails ont été démantelés en Guinée devant le regard impuissant et coupable des responsables de l’administration publique. L’usine de fruit, avec la crise qui perdure depuis 2012, a subi nuitamment le même sort, alors que l’activité était exclusivement réservée au syndicat en partenariat avec la direction générale. Ces derniers temps, on accusait des hommes en treillis d’escorter des cargaisons jusqu’au port de Conakry.

Dans certaines localités du pays, ce sont les garde-fous des ponts de franchissement, des coins dangereux des routes nationales qui subissent les affres des voleurs ou des ferrailleurs qui veulent faire vite fortune. Que pourra donc faire aujourd’hui la fédération des ferrailleurs ? C’est toute la question, surtout que même des expatriés sont désormais intéressés par le business. On veut bien savoir jusqu’où ira le ministre Yombouno. Pourvu qu’il ne soit pas comme son mentor qui annonce puis bat en retraite.

Jeanne Fofana, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.