Vers la dissolution du Parlement, Damaro sacrifié ?

La dissolution de l’Assemblée nationale est de plus en plus au centre des discussions, dans l’optique de ramener un climat de paix et de sérénité dans les débats politiques entre opposition et pouvoir, en panne de reconnaissance. Si donc dans certains médias les débats sont houleux, ailleurs, au sein du RPG, il ne peut y avoir une dissolution. Certes, au cours d’une de ses sorties, Damaro Camara a évoqué le fait, avant de se dédire.

Désormais, l’option semble être prise très au sérieux. Et si c’est elle qui va ramener le climat propice à Alpha Condé, celui-ci est prêt à sacrifier les siens, déjà assuré qu’il est d’être le président qui a rempile. Le sujet divise tout de même et risque de créer un grand fossé entre Damaro et Alpha Condé. Le premier est le dauphin constitutionnel qui vient de loin, avec des raccourcis et de profondes compromissions, à bien des endroits. Le second, véritable bête politique, sait bien anticiper, pour neutraliser un adversaire politique de taille et dont les ambitions inassouvies restent encore en surface.

Comme quoi, Alpha Condé peut user de sa ruse incurable pour dissoudre le Parlement, alors que c’est juste une façon de neutraliser Damaro Camara dont la rigidité dans les communications a été littéralement polie. L’homme devient subitement subtile, conciliant, docile. Un comportement qui intrigue le Palais Sékhoutouréya, à telle enseigne que la dissolution du Parlement est de plus en plus évoquée. Alpha Condé réussira-t-il son autre coup ? C’est toute la question.

Mais, après tout, c’est une question d’hommes, pas de soucis de sérénité avec une opposition dont il dit déjà affaiblie, par la militarisation d’un côté, la désarticulation de certains partis, de l’autre. 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.