Mali : Pour Alpha Condé, « IBK doit terminer son mandat »

Au lendemain du putsch qui a renversé le président Malien Ibrhima Boubacar Keita (IBK), les Chefs de la sous région ont tenu une vidéoconférence ce jeudi pour prendre position sur la crise malienne qui prend une nouvelle tournure depuis ce coup d’Etat du 18 Août.

Si les Chefs d’Etat de la CEDEAO ont annoncé des sanctions, Alpha Condé qui a pris part à cette vidéoconférence quant à lui demande à ce qu’on laisse IBK achever son mandat en cours :

«Il est évident que nous devons condamner de façon très ferme le coup d’Etat. Je suis d’accord avec le Président Roch Marc Christian Kaboré que l’action immédiate à mener est non seulement la libération du Président IBK, mais aussi de tous les autres responsables et assurer leur sécurité.

 La deuxième action à mener comme l’a dit le Président Buhari, c’est le retour à l’ordre constitutionnel. Car, le Président IBK a été élu pour 5 ans et on doit lui permettre de terminer son mandat. Il est extrêmement important qu’à chaque fois qu’on prenne des mesures d’insister sur la coopération. Mais il y a certaines mesures que nous devons prendre afin de contraindre les putschistes non seulement à retourner dans les casernes, mais aussi à respecter l’ordre constitutionnel. Il est extrêmement important que nous montrons notre solidarité à nos frères Maliens, mais que nous exigions aussi que les responsables démocratiquement élus terminent leur mandat dans la paix et la sécurité.

Le problème du Mali est que non seulement le pays est confronté au terrorisme mais également à la Covid-19. Il faut que l’on sache que le Mali est le rempart de nos pays côtiers face à la montée du terrorisme. Donc, la stabilité du Mali est fondamentale pour notre sécurité. C’est pourquoi nous devons tout faire pour aider ce pays frère à rétablir l’ordre constitutionnel et aussi lui permettre de mettre fin au terrorisme. Et que le Mali recouvre sa souveraineté sur l’ensemble de son territoire national ».

Pendant ce temps, les putschistes promettent d’organiser des élections pour rendre le pouvoir aux civils. Mais attendant, une transition est annoncée dans laquelle, un Président civil ou militaire dirigera l’équipe afin de rendre le pouvoir aux civils à travers à travers des élections libres, transparentes et crédibles.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.