Vindicte à Lambanyi : le président de l’ONG avocats sans frontières Guinée s’en prend aux autorités

L’assassinat par une foule en colère d’un présumé voleur de moto à Lambanyi mardi 30 mai dernier et les représailles qui s’en sont suivies le lendemain continuent à susciter des réactions dans la cité. C’est dans cet ordre d’idée que le président de la branche guinéenne de l’ONG internationale « Avocats sans frontières » s’est fait voix pour apporter son point de vue. Toute d’abord, il condamne sans réserve ce qui s’est passé avant de pointer du doit le laxisme des autorités :

« Ma réaction est une réaction de ferme condamnation. On ne peut pas accepter que dans un Etat de droit que les citoyens continuent impunément  et régulièrement à se rendre justice. C’est pourquoi une fois de plus nous disons que l’Etat a manqué à son devoir d’assurer la sécurité des citoyens parce qu’après cette barbarie, cette scène horrible qui a circulé sur les réseaux sociaux, les responsables de la sécurité devaient prendre des dispositions pour que les lieux soient sécurisés pendant au moins une semaine car il fallait s’attendre à ces représailles. Les informations qui nous parviennent disent que le Monsieur n’était pas un voleur et que plutôt lui il était créancier du motard. En attendant que ces informations soient vérifiées, l’Etat devait prendre toutes les dispositions pour sécuriser les lieux, les citoyens et leurs biens » a soutenu Me Labilé Michel SONOMOU.

Le 30 mai, soit quelques jours seulement après la découverte du corps d’un des conducteurs de mototaxi à Lambanyi, un jeune accusé de tentative de vole d’un engin à deux roues a été lynché dans le même quartier. Le lendemain, des jeunes gens se réclamant proches de la victime ont barricadé la route et brûlé plusieurs autres motos.

Oumar Rafiou DIALLO, kabanews

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.