VIOL A KANKAN : Le préfet prend des décisions

Aussi paradoxal que cela peut l’être, les mesures les plus énergiques contre la recrudescence du phénomène de viol en Guinée, pourraient venir non pas de Conakry, mais de Kankan, la capitale de la Haute Guinée. Le préfet, Azziz Diop, semble en tout cas très préoccupé par la problématique qui, comme une épidémie, fait la Une de la sa juridiction. La cité de Nabaya étant à un rythme d’un viol par semaine, le préfet vient donc de réunir les responsables préfectoraux et municipaux pour discuter de la question. Il en en a profité pour annoncer des décisions dont la mise en œuvre pourrait bien aider à enrayer le mal.

Répertoriant les niveaux de responsabilité dans la flambée que connait le phénomène du viol dans la préfecture de Kankan, Azziz Diop a donc annoncé les décisions suivantes :

– Tout chef de quartier (district) ne dénonçant pas un cas de viol aux services compétents sera suspendu de ses fonctions et remis à la disposition de la justice ;

– Considérés comme complices, les parents des violeurs seront poursuivis au même titre que ces derniers ;

– Tout parent de victime, souscrivant à la logique d’une médiation visant à étouffer un cas de viol sera considéré comme complice et traité comme tel ;

– Les sages et autres notables intervenant dans un cas de viol en vue de le soustraire à la justice sera également mis à la disposition de la justice ;

– Un Officier de police judiciaire (OPJ) qui se hasarder à torpiller une procédure en rapport avec le viol sera poursuivi et condamné

–  Tout élève reconnu comme étant violeur sera radié de l’effectif des élèves de la préfecture de Kankan

Et pour donner l’exemple, le préfet, séance tenante, a également annoncé des sanctions à l’encontre d’individus et d’autorités s’étant rendus coupables d’une des infractions mises en évidence dans les précédentes décisions.

Anna Diakité, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.