Violations des droits humains: cette vidéo qui test le gouvernement…

« Les cas de torture sont rigoureusement interdits par les lois nationales, le code pénal, et également par les lois internationales. » Ainsi s’exprimait le Garde des Sceaux, lundi, sur les ondes d’une radio locale. Me CheickhSacko se démarque de fait du gouvernement auquel il appartient.

Un gouvernement, en lieu et place de TORTURE, tente carrément de faire diversion en parlant « des sévices intentionnellement infligés à une personne par des hommes en uniforme ». Cette énième manœuvre illustre parfaitement, la barbarie avec laquelle Alpha Condé gouverne, même si, « le « gouvernement condamne fermement ces actes odieux et barbares. » L’acte que pose ce gouvernement est faible, à la limite frise l’insulte.

C’est pourquoi, de son côté, la LIGUIDHO, à travers
Me Emmanuel Bamba s’est vite attaqué au communiqué du gouvernement qu’il juge « laconique » et  « emploie des termes qui nous semblent pas forts. Il fallait employer des termes comme torture, etc. Mais on parle de sévices  intentionnellement  infligés comme pour dire qu’on est en train de masquer le terme torture qui est réel dans la vidéo. » Pour cette organisation de défense des droits de l’homme,  « Ce sont des actes criminels qui n’ont pour nom qu’actes de tortures.  Donc, ce communiqué ne nous semble approprié pour condamner fermement  les agissements qui se reflètent sur cette vidéo-là. Le fait de demander au directeur général de la police, pour nous,  cela ne suffit pas aussi. »

Cet avis est largement partagé par bien des Guinéens révoltés par ces corps habillés torturant un citoyen, fut-il une canaille endurcie. Cette vidéo est donc un autre test pour ce gouvernement.

Sauf qu’il n y a pas grand-chose à s’attendre…

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

  1. Kadiatou dit

    …une canaille endurcie… « pas d’amalgame monsieur A. W.Barry,en tant que journaliste vous devriez vous méfiez des jugements hâtives, jusqu’à preuve de contraire cette victime est présumé inocente,vous pourriez donc logiquement tombé sous le coup de la diffamation s’il décide de porter plainte contre vous et le site internet pour lequel vous travaillez.
    Dans le cas présent il ne s’agit pas de savoir s’il y a des choses à lui reprocher, nous parlons de la dignité humaine bafouée, et qu’aucun Guinéen n’est à l’abri de la barbarie de ceux qui sont censés nous protéger.
    Rappeller vous il n’y a pas si longtemps, l’un de vos confrère à disparu sans laisser de trace dans notre pays , DIEU seul sait ce qu’il avait pu subir, pauvre journaliste(toute nos pensées pour ses proches ).
    Alors nous disons NON, NON, à l’intimidation, à la barbarie, aux assassins surtout en 2016, que tout cela cesse sans délai.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.