Violences à N’Zérékoré : Le FNDC exige la libération de toutes les personnes injustement détenues

Le Procureur Général près la Cour d’appel de Kankan a été convoqué à
Conakry pour lire une déclaration mensongère à charge contre le FNDC
pour tenter de protéger les vrais auteurs et commanditaires des
tueries de N’zérékoré.
La déclaration fabriquée par les Ministères en charge de la Sécurité
et de la Justice qui a été lue le 26 mai 2020 par le Procureur Yaya
Kairaba Kaba est une simple opération de communication visant à
dénaturer les faits, manipuler l’opinion publique et cacher le bilan
réel des tueries.
Ces manœuvres politiques fondées sur des affabulations et des théories
de complot sont loin de la vérité des faits, des menaces et des
nombreuses déclarations publiques de M. Alpha Condé, de M. Sory Sano,
ancien Préfet de N’zérékoré et de tous les autres responsables
politiques du RPG qui ont savamment préparé et exécuté ces crimes.
Les membres du FNDC kidnappés à N’zérékoré et dans le reste du pays
sont des victimes d’une justice partiale soumise aux ordres d’un clan
au bord de l’abîme. Nous exigeons la libération immédiate de toutes
les personnes injustement détenues.
Ces manœuvres prouvent le manque total d’enquête indépendante sur les
crimes du régime, la partialité de la Justice guinéenne et la
caporalisation du parquet qui sert d’instrument d’oppression des
opposants au troisième mandat.
Le FNDC demeure déterminé à mettre tout en œuvre pour que la justice
internationale se saisisse des nombreux crimes de M. Alpha Condé et de
son clan. Que les auteurs et commanditaires de ces massacres se
tiennent prêts à répondre de leurs actes devant la Cour Pénale
Internationale.
Le FNDC invite le Procureur Yaya Kairaba à plus d’indépendance, de
responsabilité et d’éthique en respectant son serment qui est de
défendre la société, le peuple opprimé de Guinée, contre un régime
criminel qui s’est rebellé contre notre loi fondamentale de mai 2010,
la seule Constitution reconnue par le Peuple.
Enfin, le FNDC réitère son appel à se préparer à la reprise des
manifestations pour exiger la libération de tous ses militants,
exposés à des contaminations à la Covid-19 dans les prisons.
Ensemble unis et solidaires, nous vaincrons.
Conakry, le 29 mai 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.