Violences à N’Zérékoré: «C’est un excès de zèle », selon un défenseur des droits de l’homme


Les violences survenues à N’Zérékoré, jeudi 13 et vendredi 14 juin 2019, après une manifestation contre une nouvelle constitution, ne laissent pas indifférents les défenseurs des droits de l’homme.
S’exprimant sur ces violences qui ont entraîné une perte en vie humaine, des dégâts matériels importants et des dizaines d’arrestations, Me Frédéric Foromou Loua s’est indigné.
Pour ce défenseur des droits de l’homme,  ce qui se passe au sud du pays a pour objectif de maintenir, un seul individu au pouvoir au détriment de toute une population.
Pour le Président de l’ONG MDT (Les Mêmes Droits pour Tous), la Guinée est un pays que partage plusieurs communautés sociologiques et linguistiques. A ce titre, aucun citoyen ne pas être privilégié en raison de son appartenance politique.
 »Une catégorie des citoyens qui est favorable à la nouvelle constitution, interdit de manifester en toute arrogance. Je pense que ce n’est pas normal, les guinéens sont égaux devant la loi et les guinéens doivent bénéficier des services de l’Etat, indépendamment de leur opinion, de leur appartenance politique et ethnique. » Ajoutant que ce qui se passe à N’Zérékoré n’honore pas la Guinée.
 »Ce que nous sommes en train de vivre à N’Zérékoré, c’est une négation, c’est une violation des principes  fondateurs de la République, c’est une négation du droit, c’est une humiliation  » souligne cet activiste des droits de l’homme.
Selon Me Foromou Loua, les autorités sont allées loin, parce que, estime-t-il,  »l’instauration d’un couvre- feu va priver les citoyens de leur droit.
 »On ne peut pas, pour une simple manifestation, faire un couvre-feu, empêcher les citoyens de vaquer à leurs occupations, je pense que le préfet de N’Zérékoré fait excès de zèle, il doit arrêter, il doit savoir qu’il est là pour représenter l’Etat en tant qu’institution et non faire la volonté d’un groupe de personnes », a estimé ce défenseur des droits de l’homme, au micro de nos confrères d’Espace fm.


Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.