Violences conjugales : L’artiste malien, Sidiki Diabaté placé en garde à vue

Depuis quelques semaines le nom de Sidiki Diabaté fait la une des médias Maliens, Guinéens et de la toile. Et pour cause, le Prince de la Kora est accusé de violences physiques et de séquestrations sur sa compagne Mariame Mamacita Sow, avec qui il a vécu depuis 8 ans.

 Suite à une plainte déposée contre celui qu’on appelle désormais, « le batteur des femmes », Sidiki Diabaté passera sa première nuit en détention ce lundi 21 Septembre, selon Mali Joli Den (MJD). Il aurait été entendu par la brigade d’investigation judiciaire du Mali. Après son audition, il a été décidé de le placer en garde à vue, révèle la même source.

L’artiste a été cité dans une rocambolesque affaire de violences conjugales et de séquestration.

Mais on est arrivé là ?

Tout est parti de la publication d’images de sa petite amie, Mamasita sur la page Mali Joli Den. On y voit la compagne de l’artiste malien battue et brûlée. Sidiki en serait l’auteur. Une histoire qui a provoqué un tollé sur la toile et l’ire des défenseurs des droits de la femme.

Interrogée sur ces violences physiques dont elle a subi, la plaignante donne sa version des faits :

« Les images qui circulent, c’est vraiment moi. Mais, elles sont anciennes, il y a un an de cela. Vu que tout le monde essaye de me joindre, on me harcèle partout, on fait tout, on me demande tout le temps, bon, j’ai décidé de porter plainte », a-t-elle expliqué.

En attendant la suite des enquêtes, l’auteur du titre « conscience tranquille « , qui a passé sa première nuit en prison, a commencé déjà à payer les frais, car deux événements culturels pas les moindres, l’AFRIMMA et le PRIMUD, d’où l’artiste était nominé ont pris la décision de le retirer de la liste.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.