Violences post-électorales: Le REFAMP exprime sa vive préocupation

Suite aux violences post-électorales qui ont émaillé le scrutin présidentiel du 18 octobre dernier, le REFAMP (Réseau Africain des Femmes Ministres et Parlementaires) exprime sa vive préoccupation et appelle les différents acteurs politiques guinéens à privilégier le dialogue et la concertation pour une sortie de crise heureuse.
Dans une déclaration dont Kababachir.com dispose d’une copie, le REFAMP condamne avec vigueur les actes de violences et appelle les guinéens à s’accepter et de se tolérer dans notre  »diversité culturelle qui est notre première richesse. »

Lisez la déclaration:

Déclaration de la Présidente par Intérim du REFAMP

Le REFAMP (Réseau Africain des Femmes Ministres et Parlementaires) constate avec consternation les violences qui ont émaillé les élections présidentielles engendrant  la terreur, de nombreux blessés et des morts ces derniers jours en Guinée.

Ces violences  sont intolérables, inacceptables, inadmissibles et doivent cesser immédiatement. . 

Le REFAMP saisit cette occasion pour présenter ses sincères condoléances aux Familles endeuillées et souhaite bon rétablissement aux blessés.

Le REFAMP, soucieux de la préservation de la Paix et de l’Unité  Nationale condamne avec vigueur ces actes qui affectent le vivre ensemble qui a toujours caractérisé le Peuple Guinéen.

Le REFAMP en appelle au sens  de la  responsabilité et de la mobilisation de tous, des politiques, des chefs religieux et coutumiers, des sociétés civiles et associations, des familles et de l’ensemble du Peuple de Guinée.

Le REFAMP demande au vaillant  Peuple de Guinée de se ressaisir, de s’accepter et de se tolérer dans notre diversité culturelle qui est notre première richesse. 

Le REFAMP, préoccupé par la situation inquietante et douloureuse qui prevaut en ces jours sombres, demande de privilegier le dialogue pour l’Unité et la Paix dans notre pays.

Les solutions ne nous viendront jamais de l’extérieur, c’est nous les Guineens qui devons les trouver et nous pouvons s’il y a un effort concerté.

Sans la paix, il n’y a aucune possibilité de progrès et de développement. Nous nous devons de protéger notre beau pays que nous aimons tous.

Mariama Diallo Sy

Présidente par intérim du REFAMP (Réseau Africain des Femmes Ministres et Parlementaires).

Mariama Diallo Sy

Presidente par interim du Refamp

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.