Visas volants pour Conakry : surenchère et nébuleuse !

L’Agence guinéenne de presse (AGP), une structure de l’Etat vient de mettre à nue des pratiques peu orthodoxes au niveau de la Police nationale. Il s’agit du détournement mensuel d’un milliard quatre-vingt millions de francs guinéens (1 80 000 000 GNF). Rien d’aberrant parce que l’information est donnée par un média d’Etat.

De quoi s’agit-il dans cette surenchère explosive et nébuleuse sans commune mesure ? C’est le trafic de ce qu’on appelle là-bas Visa volant. Un simple papier A4 servant de visas d’entrée en Guinée. Il est délivré à des niveaux officieux différents, soit à travers des démarcheurs ayant des tentacules jusque dans les entrailles de la Police des frontières, soit aussi des services dédiés à cet effet. Lesquels valident même ces dits visas avec quelques billets de banque. Notre reporter a été témoin en janvier d’un tel trafic à ciel ouvert. Les démarcheurs exigent quelque 50 Euros.

Ils attendent à l’Aéroport de Gbessia pour accueillir leur étranger (Guinéens et/ou expatriés). Ils prennent le passeport puis donne rendez-vous un autre jour, souvent le lendemain soir. Le temps pour eux de tout mettre dans l’ordre. En réalité, c’est du faux visa. Selon un policier bien introduit, c’est toute une nébuleuse tissée. Chacun a sa part. C’est pourquoi ce sont les démarcheurs eux-mêmes qui effectuent tous les circuits. Le propriétaire du passeport risque d’être choppé ou effrayé une fois parti à la Police pour le cachet et les autres formalités. Ce magot mobilisé par jour, par mois fait une fortune.

Selon l’AGP, chaque jour, plus de 200 visas volants sont délivrés. Selon le site http://www.aeroport-conakry.com/visa_guinee.php, l’entrée en République de Guinée nécessite des documents d’identité valides. En fonction de votre nationalité, une carte d’identité, un passeport et/ou un visa peuvent être nécessaires.  Les ressortissants des autres pays doivent demander un visa auprès de la représentation diplomatique guinéenne compétente pour leur domicile et ce avant de voyager vers la Guinée. Pour information le coût du visa à l’Ambassade de Guinée à Paris s’élève à 60€ (un mois, une seule entrée). Les visas délivrés peuvent autoriser une seule ou plusieurs entrées et sorties.

Selon le même site Internet, toutefois une procédure de facilitation est mise en place à l’aéroport de Conakry pour les touristes n’ayant pas eu le temps ou la possibilité de se procurer un visa dans leur pays d’origine.Dans ce cas de figure, le demandeur reçoit un visa de transit de 3 jours pour lui permettre de prendre contact avec le Ministère du Tourisme qui lui facilitera l’acquisition du visa de séjour. Le coût du visa est de 180.000 de francs guinéens.

C’est exactement avec cette mesure que la Police se fait une fortune. Malgré l’implication du ministre Kabélé interdisant la procédure. Visa volant ou pas, la Police est une nébuleuse et la surenchère qui y règne se passe de tous commentaires. Avec cela, on ose vous dire qu’il y a rupture de carburant et donc point d’édition de passeport biométrique. Du n’importe quoi dans le pays d’Alpha Condé, le chantre de l’impunité.

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.