Voitures pour les députés : effluves de corruption, Fodé Oussou s’en défend

Fodé Oussou Fofana est-il impliqué dans des malversations liées notamment dans l’achat des voitures de fonction des députés ? Cette question ne se pose plus dans des endroits réduits. Ici et là des observateurs se donnent à cœur joie au débat. L’intéressé lui, tente de recadrer : « Ce n’est pas un marché de l’Etat mais un marché des députés. Nous avons le mandat et nous l’avons exécuté. Je mets quiconque au défi de prouver que le prix que le fournisseur nous a donnés est un prix, qui est au dessus du normal».

Selon Fodé Oussou Fofana qui multiplie les sorties dans les médias, « Les députés ont besoin de véhicules, nous avons quelqu’un qui propose un prix normal, et qui nous permet de rembourser sur cinq ans. C’est pourquoi les présidents des trois groupes parlementaires ont validé cela sans partir a marché public. Nous sommes dans un monde unipolaire. Quand vous voulez acheter un article, son prix est connu, vous ne pouvez pas l’inventer. Quand vous allez acheter le Land Cruiser, vous tapez sur l’internet et on vous sort le prix. Maintenant, si vous voulez des options ou d’autres applications, ce prix-là est différent de l’initial. Donc, je confirme que c’est nous, qui avons passé cet appel d’offres. Nous l’avons donné à celui qui nous a paru le fournisseur le plus compétitif, qui nous a donnés la possibilité de payer par tranche. Pour nous, c’est la meilleure offre. Maintenant, chacun peut interpréter comme il veut. »

Cette sortie intervient au moment même où on assiste une cohue sans précédent au Parlement liée aux finances. Un scandale d’environ 40 milliards GNF est évoqué actuellement et serait orchestré entre l’Assemblée nationale et le ministère délégué à l’Economie et des Finances.

Des députés de la mouvance, les plus en vue et certains de l’opposition et surtout pas des moindres là aussi sont aujourd’hui suspectés d’avoir détournés ce magot. Le tout a été rendu possible grâce à la sagesse et le faire-savoir d’un haut responsable des Finances, déjà maille à partir avec le président de la République. Son fauteuil est déjà en jeu. Mais, un peu de sursis pour y voir clair dans une série de scandales dont ce haut commis se s’est rendu coupable. Les députés suspectés risquent de provoquer une nouvelle configuration du paysage politique guinéen. Tant et si bien, ils sont très agités, arrogants, remuants, etc. mais, ils se sont vite révélés des députés à la moralité douteuse.

Jeanne FOFANA, www.kabababchir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.