Kankan : Un présumé voleur victime de vindicte populaire !


Un jeune présumé voleur a  fait les frais ce dimanche de la colère d’une foule incontrôlable. Accusé de vol de moto, il a été sévèrement battu jusqu’à laisser pour mort. La scène s’est déroulée dans  la matinée de ce dimanche  10 novembre 2019 au quartier Hermakono 2 dans la commune urbaine de Kankan.

Pour lutter contre le phénomène de vol et de criminalité qui prend de l’ampleur, les citoyens du Nabaya usent parfois de la méthode violente et vont jusqu’à se rendre justice.

A Heremakono 2, ce dimanche, Mory Sagna et Moussa Condé deux présumés voleurs de moto, ayant échoué à leur tentative, se sont retrouvés entre les mains d’une foula en rage.

Moi je quittais chez moi ce matin, arrivé au niveau de la pompe, j’ai vu deux motards pourchassés par des chauffeurs de taxis moto. Quand j’ai demandé on m’a dit que ce sont des voleurs.  Alors je me suis joint à eux c’est comme ça qu’on les a pourchassés en direction de la clinique de docteur Kouyaté c’est après là-bas qu’on a mis main sur un. Je proposé à ce qu’on l’amène chez le chef. Les jeunes ont décidé de l’amener plutôt au camp. Ils étaient au nombre de deux. J’ai dis à un motard de conduire celui qui a été arrêté dans une cour pour ne pas qu’on le tue. Entre temps, on m’a appelé qu’on a arrêté le second vers la station et qu’ils veulent le tuer ». A témoigné un citoyen.

Justement le second présumé voleur Mory Sagna rattrapé, au niveau d’une station service de la place, n’aura pas assez de chance. Il se fera violemment passé à tabac.

« Le second là a été attrapé et mis à sang par d’autres jeunes au niveau de la station Total. Donc on l’a retrouvé dans l’agonie.  Il n’était pas encore mort. Quand les forces de l’ordre sont venues sur les lieux, ils n’ont pas voulu toucher le corps vu la gravité de son état. Ils ont plutôt décidé de faire appel à une ambulance. C’est comme ça que ça s’est passé». A-t-il ajouté.

Enfin il faut noter que ce jeune a succombé à ses blessures sur le champ avant même que les urgences n’arrivent.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.