La rancœur maladive de Damaro contre Tibou


C’est une rancœur non dissimulée qu’exprime sans cesse Damaro Camara à l’endroit de Tibou Kamara que le patron de la majorité entend user et abuser pour casser l’ami du président. Tibou en est conscient. Il a récemment essuyé une opposition nette lorsqu’il a demandé à Alpha Condé d’ouvrir le dialogue avec les opposants. Damaro n’en voyait pas cela d’un bon œil. Mais, la rancœur date de bien longtemps, avant que l’actuel ministre du commerce ne rentre en Guinée, suite à des inimitiés avec Condé.

Lors de son exile, Tibou avait en effet déclaré : « Alpha Condé doit s’en aller. Il a montré ses limites et constitue un réel danger pour l’avenir de notre pays. » Au cours d’une émission radio, Damaro Camara a laissé transparaitre des signes d’adversité entre lui et Tibou Kamara. Mais, nuance : « Je n’ai absolument aucun problème personnel avec Tibou. J’ai entendu parler de lui, je me suis opposé à lui à un moment quand depuis le Maroc, il a demandé l’insurrection contre le professeur Alpha Condé. C’est en ce moment que je me suis intéressé à lui et on a commencé à échanger par voie de presse ».

Un peu plus tôt, le parlementaire de la mouvance, s’en est pris vertement à Tibou :« C’est un fort en rien qui a poussé et qui a germé. Il (Tibou) n’a de base politique que son verbe. Il est en Gambie chez son beau-frère qui exécute à l’arme et publie les corps sur les réseaux sociaux. On n’a pas entendu Tibou dire qu’on doit chasser son beau-frère par une insurrection populaire. » Damaro Camara fait un réel mélange de genres, car, selon Tibou Kamara, « Pendant de longues années, dans notre pays, une grande majorité de nos compatriotes ont gardé le silence devant l’injustice et l’oppression et ont plié devant la dictature. Je m’inscris résolument dans ce combat pour la dignité personnelle et l’honneur de mon pays et pour le triomphe d’une société de justice, de paix et de sécurité. »

Cette frustration de Tibou était née du refus d’Alpha Condé et son régime « à mon départ de la Guinée comme ils semblent aujourd’hui hostiles à mon éventuel retour au bercail. Il a fallu utiliser la force puisqu’il n’y avait aucune autre alternative pour partir. Depuis, Alpha Condé le vit comme une offense personnelle et un acte de défiance à l’encontre de son régime. »

La liste des frustrations est loin d’être exhaustive, mais, l’essentiel est que Damaro s’en prend à Tibou à cause des inimitiés antérieures avec Alpha Condé. Sinon que les deux s’entendent bien. Mais, Damaro est un agitateur qui excelle dans les conspirations.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.